Injures raciales: John Galliano fixé sur son sort ce jeudi

JUSTICE Le styliste britannique encourt jusqu'à six mois de prison et 22.500 euros d'amende...

© 2011 AFP

— 

L'ex-couturier de la maison Dior John Galliano au tribunal de paris le 22 juin 2011 lors de son procès pour injure raciale.
L'ex-couturier de la maison Dior John Galliano au tribunal de paris le 22 juin 2011 lors de son procès pour injure raciale. — Thibault Camus/AP/SIPA

Six mois après son licenciement de la maison Dior, le styliste britannique John Galliano doit savoir ce jeudi à 13h30 si la justice parisienne choisit de le pénaliser pour les injures antisémites qu'il aurait prononcées lors d'altercations dans un bar parisien fin 2010 et début 2011.

Le 22 juin, son procès devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris s'était joué à guichets fermés, la presse internationale et les curieux se massant pour voir l'ancienne icône de Dior. Ce jeudi, l'ambiance devrait être plus apaisée, le styliste ayant décidé de ne pas assister au délibéré, afin de fuir la horde des caméras. A l'audience, le couturier de 50 ans avait reconnu une «triple addiction» à l'alcool, aux somnifères et au valium, et dit avoir passé deux mois en cure de désintoxication.

Il encourt jusqu'à six mois de prison et 22.500 euros d'amende

«Je ne me souviens pas très bien de ce qui s'est passé», avait-il témoigné, interrogé sur les injures qu'il aurait proférées le 8 octobre 2010 et le 24 février 2011, au café parisien La Perle, dans le quartier du Marais. Des clients du bar lui reprochent une série d'injures dont «dirty Jewish face» («sale gueule de juive») ou «sale pute juive». Face aux juges, John Galliano avait assuré avoir «toujours condamné le racisme et l'antisémitisme».

Le procureur, Anne de Fontette, avait requis sa condamnation à au moins 10.000 euros d'amende. La magistrate avait reconnu qu'à ses yeux, John Galliano n'était «pas un théoricien du racisme anti-juif ou anti-jaune». Mais, avait-elle ajouté, «c'est le racisme et l'antisémitisme du quotidien, des parkings et des supermarchés, qui est pitoyable et effroyable». John Galliano encourt jusqu'à six mois de prison et 22.500 euros d'amende.

>> En raison de débordements systématiques sur ce type de sujets, cet article est fermé aux commentaires. Merci de votre compréhension.