Flashé à 212km/h, il est relaxé à cause d'irrégularités

© 2011 AFP

— 

Un industriel des Deux-Sèvres, arrêté le 15 avril dernier alors qu'il circulait au volant d'une Maserati à 212 km/h sur l'A10 entre Reugny et Autrèche (Indre-et-Loire), a bénéficié mercredi d'une relaxe totale devant le tribunal de Tours en raison d'irrégularités dans la procédure de verbalisation.

Le chauffeur ne contestait pas la vitesse du véhicule - 224 km/h, vitesse observée - mais la régularité de la procédure établie par la gendarmerie.

En effet, une erreur a été commise sur le procès-verbal: l'une des mentions du cinémomètre - la jumelle utilisée pour le contrôle - n'était pas la bonne. Il s'agissait du numéro d'un autre appareil alors que, dans les deux autres mentions écrites, la référence était la bonne.

Irrégularités

Le parquet a estimé dans un premier temps qu'il s'agissait d'une «erreur de plume» qui n'annulait pas la procédure.

Mais l'avocat de la défense, Me Bernard Cadiot, a fait valoir une irrégularité supplémentaire : l'absence d'essai préalable du cinémomètre. «Il n'y a pas eu d'essais préliminaires des jumelles avant de commencer les contrôles», a-t-il expliqué à l'AFP.

Face à ces éléments, le tribunal a finalement prononcé la relaxe totale.