Mediator: Servier convoqué avant une possible mise en examen

JUSTICE Le laboratoire a été convoqué par les juges chargés de l'affaire...

© 2011 AFP

— 

Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France.
Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France. — AFP PHOTO/FRED TANNEAU

Les laboratoires Servier sont convoqués par les juges d'instruction en charge de l'enquête sur le Mediator en vue d'une possible mise en examen, a déclaré ce mardi à l'AFP leur avocat, Hervé Temime. Dans cette affaire, trois juges d'instruction parisiens sont en charge d'informations judiciaires pour tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires et escroquerie au préjudice des caisses de Sécurité sociale et des mutuelles.

>> Tous nos articles sur l'affaire du Mediator sont par ici

«Des convocations ont été envoyées en vue d'une mise en examen des laboratoires», a dit l'avocat sans plus de précision sur la date et les chefs de mise en examen. Deux scientifiques, entendus cet été par les juges et dont l'audition a été révélée par Le Figaro et Libération, ont expliqué que le Mediator présentait les caractéristiques d'un coupe-faim plus que d'un antidiabétique, caractéristiques qui auraient été dissimulées.

L'avocat de Servier a réfuté toute volonté de tromperie de son client: «Les laboratoires Servier n'ont pas trompé les autorités en masquant le fait que le Mediator était un coupe-faim, ce qu'il n'était pas», a déclaré Hervé Temime sur Europe 1. «Servier considère simplement qu'il n'y a pas eu de tromperie, qu'il n'y a pas eu d'escroquerie, qu'il n'y a pas eu d'obtention indue d'une autorisation de mise sur le marché», a poursuivi l'avocat. «Les Laboratoires Servier réaffirment formellement n’avoir trompé ni les autorités de santé, ni les patients», a réaffirmé de son côté le groupe dans un communiqué.