Besancenot condamné avec sursis

L.S.

— 

«Une nouvelle criminalisation du mouvement syndical.» C'est ainsi que le syndicat SUD-PTT a accueilli la condamnation d'Olivier Besancenot et de dix autres postiers, lundi, dans l'affaire de séquestration de cadres et l'occupation de locaux de La Poste datant de mai 2010.

Condamnés à 1.500 euros d'amende avec sursis, ils devront également payer 500 € de dommages et intérêts et 150 € de frais de justice. Lors du procès en juin, tous réfutaient les accusations de séquestration.

Protestant contre la réforme «Facteurs d'avenir», ils s'étaient postés devant les bureaux de la direction départementale des Hauts-de-Seine, bloquant de fait le passage des cadres.