lE COUP DE BAMBOU DE LA RENTRéE

dELPHINE BANCAUD

— 

L'augmentation du papier fait grimper l'addition de la rentrée.
L'augmentation du papier fait grimper l'addition de la rentrée. — ROMAIN CHAMPALAUNE/SIPA

Décidément, le pouvoir d'achat des familles fait grise mine en cette fin d'été. La Confédération syndicale des familles (CSF) s'est alarmée hier de la hausse de 3,1 % cette année du coût de la rentrée, de la maternelle à la terminale. Un constat qui fait écho à celui de Familles de France, laquelle dénonçait mi-août une augmentation du coût de la scolarité d'un collégien de 6e de 6,8 % cette année. Pour Marie-Françoise Martin, présidente de la CSF, « cette situation s'explique notamment par l'augmentation du papier ». Ceux qui payent le plus cher tribut sont les familles ayant un enfant en classe prépa (+ 8,34 % d'augmentation) ou en sixième (+ 5,93 %). « Au collège, les élèves ont davantage de matières et chaque professeur demande des fournitures différentes, ce qui fait gonfler la note », explique Marie-Françoise Martin. Et pour elle, le Web ne permet pas de réduire la facture : « Les fournitures valent en moyenne 11,7 % de plus qu'en magasin car les frais de port sont souvent importants. » Autre souci pour la CSF : « Si l'allocation de rentrée scolaire couvre très largement les frais en primaire, elle est insuffisante pour les collégiens et les lycéens. » L'association propose donc qu'elle soit modulée selon le niveau d'études et réclame une TVA à 5,5 % sur les fournitures scolaires.