Bactérie présumée tueuse: Pour en finir avec l'imbroglio

O.V.

— 

Ce mardi matin on pouvait lire dans Le Parisien que la bactérie, Klebsiella pneumoniae, avaient tué trois personnes en juillet à l'hôpital privé Jacques-Cartier de Massy (Essonne). En réalité les patients seraient décédés de leur pathologie cardiaque.

Pour en finir avec l’imbroglio sur la bactérie présumée tueuse, l’agence régionale de santé (ARS) a résumé à 20Minutes le fil des événements. «Il y a quelques mois, l’hôpital de Massy a sonné l’alerte. Ce type de signaux nous sont régulièrement envoyés par les établissements sur les sujets graves, c’est un processus normal et obligatoire. Dès que nous sommes prévenus, nous demandons à ce que soient mis en œuvre les mesures protectrices nécessaires», rapporte Nicolas Peju, directeur de la démocratie sanitaire et de la communication d’Ile-de-France de l’ARS.

D'où vient l'information?

Mais après? «Nous avons décidé de prévenir les patients qui avaient fréquenté cet établissement qu’ils pouvaient être porteurs de cette bactérie. Nous leur avons fait quelques recommandations, il s'agit de mesures barrières classiques pour les sujets graves», ajoute Nicolas Peju.

Qui aurait pu faire ces déclarations au Parisien, une institution, l’établissement concerné? «L’information comme quoi la bactérie aurait tué des gens ont l’a découverte ce matin, elle a pris des proportions excessives. On ne sait pas exactement d’où elle provient, qui l’a affirmé à ce média. Elle a en tout cas été  démentie par InVS (institut de veille sanitaire, NDLR)», conclue le directeur de la communication.

>> Pour tout savoir sur les événements de ce mardi matin, cliquez ici