Les professeurs stagiaires à nouvelle école

Delphine bancaud
— 
Depuis 2010, les professeurs qui entrent en fonction sont jetés plus vite dans le grand bain.
Depuis 2010, les professeurs qui entrent en fonction sont jetés plus vite dans le grand bain. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Lundi prochain, 3 150 professeurs stagiaires du premier degré et 7 531 du second degré feront leur première rentrée auprès des élèves. Un grand saut auquel ils se préparent en suivant trois jours de formation à la tenue de classe, suivie d'une pré-rentrée cette semaine dans leur établissement. Car depuis la réforme de leur formation en 2010, les profs débutants sont plus vite jetés dans le grand bain. Recrutés à bac + 5 à l'issue d'un master, leur année de stage en institut universitaire de formation des maîtres(IUFM) a été supprimée. Une nouvelle donne qui avait suscité l'ire des syndicats l'an dernier, certains professeurs ayant dû affronter une classe sans avoir jamais donné le moindre cours. Mais la situation ne devrait pas être rééditée cette année, selon Josette Théophile, directrice générale des ressources humaines au ministère de l'Education nationale : « Tous les stagiaires 2011 ont suivi un master complet et ont donc effectué des stages en responsabilité devant les élèves. »

Les syndicats sur leurs gardes
Autre point d'amélioration : cette année, les néo-enseignants ont appris leur affection le 3 août, alors que l'an dernier, ils avaient dû patienter jusqu'à la fin du mois. « Ils ont donc eu davantage de temps pour préparer leur entrée en fonction », précise-t-elle. Sans convaincre les syndicats : « Les conditions d'entrée dans le métier sont toujours aussi difficiles », indique Pierre Claustre, secrétaire général du Snes pour l'académie de Créteil, « d'autant que cette année, les stagiaires sont tous à plein temps, alors que l'an dernier, certaines académies avaient prévu des décharges de service. » Autre critique : des tuteurs, chargés de guider les premiers pas des jeunes enseignants, manqueraient toujours à l'appel. C'est le cas pour Virginie, professeur stagiaire d'espagnol : « J'aurais pourtant apprécié des conseils d'un prof expérimenté. D'autant que trois jours de formation avant la rentrée, c'est vraiment trop peu. »