Angers: Une dent humaine découverte dans un steak haché

INSOLITE Carrefour a indiqué qu'une enquête allait être menée en interne pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer...

B.D.

— 

Capture d'écran de la dent humaine retrouvée par un consommateur angevin dans un steak haché, le 9 août 2011.
Capture d'écran de la dent humaine retrouvée par un consommateur angevin dans un steak haché, le 9 août 2011. — B.DUBUC / 20minutes.fr

Une dent humaine couronnée, de deux centimètres de long, avec la racine. C'est ce qu'a découvert lundi midi une consommatrice angevine à l'intérieur de son steak haché, rapporte Ouest France. «J'étais en train de manger mon steak. J'ai senti quelque chose de dur. J'ai failli m'étouffer. J'ai recraché. C'était une dent sur pivot, avec la racine», a raconté Nathalie Dahyot au quotidien.

La jeune femme était invitée à déjeuner chez un ami, Romuald Brut. Il avait fait ses courses à Carrefour Grand Maine, où il avait acheté un lot de barquettes de steaks hachés à bas prix. L'emballage préciait: «100% muscle» et «élaboré en France». Après la découverte, «tout le monde a arrêté de manger, net!» On a jeté tous les steaks à la poubelle. Ma fille de 23 mois en a pris elle aussi: elle aurait pu s'étouffer en avalant cette dent, non?»

Enquête interne et possible plainte du consommateur

Mais, du côté du service consommateurs de l'enseigne, aucune explication: «Ils m'ont d'abord demandé ce que je voulais, puis m'ont dit de renvoyer la dent. Ah ça non! Je préfère attendre...», a indiqué Romuald Brut.

Carrefour a indiqué lundi à Ouest France qu'une enquête allait être menée en interne pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer. Cependant, indique le quotidienr égional, aucune décision de retirer les produits du même lot n'a été prise. Le client angevin va pour sa part signaler l'incident à la Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes ce mardi, et envisage d'établir un constat d'huissier et de porter plainte contre la grande surface.

>> Regardez la vidéo du témoignage des deux consommateurs angevins: