Nouvelle-Calédonie: Une médiation religieuse pour régler le conflit

CRISE La ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a pris cette décision dans l'idée de rétablir le dialogue sur l'île de Maré...

Reuters
— 
La ministre de l'Outre-Mer, Marie-Luce Penchard, lors d'une conférence de presse après les violences meurtrière à Maré, en Nouvelle-Calédonie, le 7 août 2011.
La ministre de l'Outre-Mer, Marie-Luce Penchard, lors d'une conférence de presse après les violences meurtrière à Maré, en Nouvelle-Calédonie, le 7 août 2011. — AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

Une médiation religieuse a été décidée  pour tenter de régler le conflit à l'origine d'affrontements qui ont  fait quatre morts et 23 blessés samedi en Nouvelle-Calédonie, a annoncé  ce dimanche la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard. Ce conflit survenu sur l'aérodrome de l'île de Maré, l'une des  quatre îles Loyauté, est lié à un différend sur le prix des billets de  la compagnie aérienne Air Calédonie.

«Il faut absolument une voie qui permettra d'établir le dialogue  pour faire en sorte que le calme s'installe dans l'île de Maré. C'est la  raison pour laquelle nous avons proposé une médiation des autorités  religieuses», a dit Marie-Luce Penchard sur I-télé après une réunion à  son ministère. Le principe a été accepté par les deux camps et la médiation devrait  commencer très prochainement, selon elle. La ministre assure aussi  avoir obtenu la levée des barrages érigés autour de l'aérodrome de la  Roche pour que les gendarmes puissent prendre position lundi et libérer  l'accès aux pistes.

Un conflit «plus  profond»

La ministre pense que le conflit est en fait un différend «plus  profond, lié à la répartition des terres» et veut ouvrir un dialogue  également sur ce point. Le haut commissaire de la République de  Nouvelle-Calédonie, Albert Dupuy, est sur place mais la ministre ne  pense pas se déplacer pour le moment.

Les affrontements de samedi sont survenus lorsque 300 personnes,  originaires du district de Guahma du grand chef Nidoish Naisseline, par  ailleurs président de la compagnie Air Calédonie, ont gagné l'aérodrome  de la Roche pour déloger les membres du collectif des usagers qui en  bloquaient l'accès depuis une dizaine de jours. Les usagers protestaient contre la hausse du prix des billets d'Air  Calédonie, communément appelée Aircal. Après un échange de jets de  pierres, les affrontements ont dégénéré dans l'après-midi et des coups  de feu ont été tirés.

«Maré a vécu une journée de cauchemar»

Quatre jeunes ont été tués, dont un neveu de Nidoish Naisseline. «Maré a vécu une journée de cauchemar. C'est un résultat dramatique», a déclaré Albert Dupuy. L'aéroport de Maré, tout comme ceux de Lifou et de l'île des Pins,  sont bloqués depuis le 22 juillet par le collectif des usagers de la  compagnie Aircal qui réclament une forte réduction du prix des billets  d'avion. Avec des pertes estimées à 1,2 million d'euros depuis le début du  conflit, Aircal a affirmé vendredi être au bord du dépôt de bilan.

Le président Nicolas Sarkozy est attendu fin août en  Nouvelle-Calédonie. Territoire français situé dans le Pacifique, la  province a vécu déjà de violents conflits dans les années 1980,  temporairement rêglés par un accord en 1988 modifiant la répartition des  pouvoirs avec la métropole. Un référendum sur l'autodétermination doit  être tenu entre 2014 et 2019.