Crash du Rio-Paris: De nouveaux éléments à charge sur les pilotes

M.P.

— 

Un bras articulé récupère une des boîtes noires du vol AF447 écrasé en mer au large du Brésil, le 1er mai 2011.
 
Un bras articulé récupère une des boîtes noires du vol AF447 écrasé en mer au large du Brésil, le 1er mai 2011.   — BEA / REUTERS

Le BEA est loin d’avoir dévoilé tout le contenu des boîtes noires dans son rapport publié la semaine dernière. On savait déjà, grâce aux révélation de La Tribune, qu'une recommandation de sécurité n'avait pas été notée. Le bureau d’enquêtes et d’analyses n’a publié qu’une dizaine de minutes sur les deux heures d’enregistrement, relève le Figaro. Et ces données montrent notamment que les pilotes n’ont pas modifié leur itinéraire de vol malgré l’annonce d’une météo «défavorable», écrit le journal sur son site internet. 

Or, explique le Figaro, tous les avions qui étaient dans la zone de l’AF447 ont choisi de modifier leur itinéraire pour éviter des cumulonimbus, des nuages chargés de glace et qui peuvent potentiellement givrer les sondes Pitot. A 00h15, le commandant de bord dit à son copilote: «On ne va pas se laisser emmerder par des cunimbs.»  Et ce ne sera qu’à l’approche du phénomène météorologique qu’il modifiera sa trajectoire, que de 12 degrés. Trop tard.

Le commandant de bord va se coucher

Et 20 minutes avant le crash, le commandant déclarera même à ses collègues: «Ça va turbuler quand je vais aller me coucher», ajoutant au moment de son départ: «Bon allez, je me casse.» Ce qui montre, selon le journal, que «le commandant de bord est donc allé se coucher en connaissance de cause juste avant les turbulences qui ont marqué le début du drame».

Par ailleurs, le BEA a également appris, mais non consigné dans son rapport, que le commandant de bord avait été recalé à son examen en janvier 2007, avant de l’obtenir le mois suivant. Le bureau ne sait toujours pas pourquoi car il n’a pas accès au dossier du commandant de bord. Air France ne le lui a pas encore transmis.

Si ces éléments à charge pour les pilotes n’ont pas été communiqués dans le rapport final, c’est parce qu’ils n’expliquent pas le crash de l’AF447. Mais aussi parce le BEA ne veut privilégier ni Airbus, ni Air France, qui se rejettent la pierre sur ce dossier.