Françaises tuées en Argentine: Une information judiciaire ouverte en France

JUSTICE Cela devrait permettre aux familles d'être informées de l'avancée de l'enquête en Argentine...

M.P. avec Reuters

— 

Un véhicule arrive à la morgue de Salta (Argentine) où ont été déposés les corps des deux touristes françaises, le 3 août 2011.
Un véhicule arrive à la morgue de Salta (Argentine) où ont été déposés les corps des deux touristes françaises, le 3 août 2011. — STRINGER ARGENTINA / REUTERS

Un nouveau pas dans l’enquête sur le meurtre de deux Françaises en Argentine. Une information judiciaire pour «séquestration, assassinats, et viols» a été ouverte en France, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Un juge d'instruction sera désigné pour superviser l'enquête, qui est confiée pour le moment à l'Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP).

Il ne s'agit pas de se substituer à la justice argentine, précise-t-on de même source. «Cette procédure a pour objet de permettre aux familles de rentrer dans la procédure et d'être informées», explique-t-on. Inversement, les enquêteurs pourront faire appel aux policiers français s'ils ont besoin d'éléments en France.

Quatre touristes recherchés

Ce crime, commis dans la province très touristique de Salta, a fortement choqué l'Argentine, où les journaux en ont fait leurs gros titres. L'ambassade de France a pris en charge les familles, qui se sont rendues sur place. Les corps des deux Françaises, Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans, ont été retrouvés le 29 juillet près d'un chemin de randonnée proche de San Lorenzo, capitale de la province de Salta, dans une zone très touristique.

L'autopsie a révélé qu'elles avaient été victimes d'une agression sexuelle particulièrement violente et a confirmé qu'elles avaient été tuées par balle. Plusieurs personnes ont été interrogées dans le cadre de l'enquête. La police argentine recherche en outre un groupe de quatre touristes argentins et leur guide qui auraient pénétré sur le site où a été commis le crime peu de temps après les victimes.