Le preneur d’otage de la femme du préfet semblait «aussi désarçonné» qu'elle

avec AFP

— 

L'épouse du préfet de l'Orne, restée «plus de deux heures un couteau sous la gorge» dans un train à Bordeaux, a eu l'impression que son preneur d'otage était «aussi désarçonné» qu'elle, a confié ce jeudi à l'AFP son mari, Bertrand Maréchaux.

La femme du préfet a été retenue par un individu de 25 ans, armé d’un sabre japonais, mercredi soir dans un train en gare de Bordeaux. L’homme, qui connait des troubles psychologiques, souhaitait discuter avec le procureur et obtenir la révision d’une récente condamnation.