Immigration: L'UMP veut conditionner les prestations sociales à l'intégration

POLITIQUE Le parti organise une convention ce jeudi...

© 2011 AFP

— 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, s'exprime durant une réunion publique, le 7 juin 2011 à Marcq-en-Baroeul (Nord).
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, s'exprime durant une réunion publique, le 7 juin 2011 à Marcq-en-Baroeul (Nord). — P.HUGUEN / AFP

L'UMP, qui organise ce jeudi une convention sur l'immigration en présence du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, veut s'attaquer au sujet sensible des droits sociaux des immigrés et rendre plus difficile la délivrance des visas, principale source de l'immigration illégale.

«Il faut faire divorcer l'idéologie et les questions d'immigration», a déclaré le secrétaire général du parti, Jean-François Copé, en présentant mercredi à la presse ses contributions au projet présidentiel de 2012.

Les 22 propositions réaffirment le principe d'une «immigration choisie» défendu par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007, et celui d'une intensification de la lutte contre l'immigration irrégulière.

Le regroupement familial plus restrictif

L'UMP propose notamment de «conditionner les prestations sociales au respect des obligations scolaires ou de celles des Contrats d'accueil et d'intégration» et de «renforcer les sanctions existantes en cas de non-respect».

Alors que l'immigration familiale, qualifiée d'«immigration subie» par le président Sarkozy, est la principale source d'entrée régulière en France, l'UMP propose aussi de conditionner le regroupement familial après deux ans de présence sur le territoire (contre dix-huit mois actuellement) au «respect des lois de la République».

S'agissant de l'immigration professionnelle que Claude Guéant veut limiter, l'UMP préconise une «Conférence nationale» tous les deux ans où les partenaires sociaux «devront estimer précisément les besoins en main d'oeuvre par secteurs et les justifier».

Un «système à points» pour l'immigration du travail

Inspiré du modèle canadien, un «système à points» sera testé en vue de sélectionner les candidats à l'immigration du travail en fonction de leurs «qualités» et de leurs «atouts» et des «besoins éventuels» de la France.

Pour renforcer la lutte contre l'immigration irrégulière, l'UMP propose d'agir de plus en plus en amont avec une politique plus restrictive des visas, notamment dans le cadre européen. Claude Guéant a récemment déclaré qu'il se «réserve d'augmenter» l'objectif annuel de reconduites à la frontière de migrants illégaux, fixé pour cette année à 28.000.

Le visa étant considéré comme une des principales sources de l'immigration irrégulière puisque ses détenteurs restent en France après l'expiration, l'UMP propose une «caution-retour» pour les dossiers à risques. Elle «ne serait rendue qu'une fois le retour au pays effectué». Et «en cas de non-présentation aux services consulaires, ces derniers devraient en informer les services de l'immigration en Europe».

Pomme de discorde européenne

Comme la France ne parvient pas à exécuter 30% des décisions d'expulsion des étrangers en situation irrégulière, l'UMP veut aussi lier le nombre de visas délivrés à la coopération des pays d'origine au retour des clandestins. Certains de ces pays rechignent en effet à délivrer les laisser-passer consulaires indispensables aux reconduites.

Au niveau européen, l'UMP veut créer un poste de Commissaire en charge de l'immigration et une «agence européenne de l'espace Schengen» pour harmoniser les demandes de visas et échanger les données en la matière.

L'immigration est devenue une pomme de discorde européenne, mettant à l'épreuve l'accord de Schengen, depuis l'arrivée d'immigrés tunisiens via l'Italie, après la chute du dictateur Zine El Abidine Ben Ali. Opposée à la régularisation des sans-papiers, en dehors de «situations réduites», l'UMP veut conditionner l'obtention d'un titre de séjour à une entrée régulière en France. Une proposition qui exclut tous les étrangers arrivés illégalement, comme les milliers de boat-people tunisiens.

En raison des débordements systématiques sur ce type de sujet, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.