La plainte de Tristane Banon contre DSK en dix questions

DECRYPTAGE La jeune femme a déposé plainte pour tentative de viol contre DSK...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Tristane Banon pose à  l'occasion du Salon du Livre et de la promotion de son livre Trapeziste, à Paris, le 23 mars 2007.
Tristane Banon pose à l'occasion du Salon du Livre et de la promotion de son livre Trapeziste, à Paris, le 23 mars 2007. — LYDIE/Sipa

La plainte pour tentative de viol qu’a déposée la journaliste Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn remonte à des faits qui se seraient déroulés en février 2003, alors que la jeune femme avait 23 ans.

1. Comment et pourquoi Tristane Banon a rencontré Dominique Strauss-Kahn?

En 2007, la jeune femme explique lors d’une émission de Thierry Ardisson avoir rencontré, en 2003, Dominique Strauss-Kahn afin de réaliser son interview pour un livre. Après s’être vus une première fois, ils auraient convenu d’un nouveau rendez-vous dans un appartement à Paris, pour «un complément d’information». Selon Tristane Banon, cet appartement «était entre Montparnasse et l'Assemblée nationale, dans une rue proche du boulevard des Invalides; [DSK] m'a dit que c'était l'appartement d'un ami».

2. Quels sont les faits pour lesquels la jeune femme porte plainte?

Dans cet appartement, sans témoin, Dominique Strauss-Kahn aurait commencé à la toucher, et elle aurait résisté. Dans un entretien à L’Express, la jeune femme décrit: «Il m'a attrapé la main puis le bras, je lui ai demandé de me lâcher, et c'est de là qu'est partie la bagarre. Il m'a tirée vers lui, on est tombés par terre et on s'est battus au sol, pendant plusieurs minutes...».

Elle ajoute qu’il «s’est montré violent», l’a «ceinturée par-derrière», «peloté les seins», «s’est frotté» contre son corps. «Quand j'ai compris qu'il voulait vraiment me violer, je me suis mise à lui donner des coups de pied avec mes bottines, j'étais terrorisée et je lui ai dit: «Vous n'allez pas me violer?» Et puis j'ai réussi à me dégager, j'ai dévalé les escaliers, je me suis retrouvée dans ma voiture, j'ai appelé ma mère car je n'arrivais même pas à conduire tellement je tremblais», a-t-elle déclaré.

Tristane Banon a ajouté que, durant l’agression présumée, DSK aurait mis «ses doigts dans ma bouche, ses mains dans ma culotte après m'avoir fait sauter le jean et le soutien-gorge, sous mon col roulé noir...»

3. Tristane Banon a-t-elle des preuves de cette agression présumée?

L’avocat de la victime présumée, Me David Koubbi, a déclaré disposer «de témoignages de personnes qui ont récupéré Tristane après les faits et de textos échangés à cette même période. Ces gens ont, comme moi, la conviction que Tristane ne ment pas», rapporte Le Parisien. En revanche, elle ne peut pas étayer ses déclarations par des éléments médico-légaux.

4. Que dit DSK?

Dans sa biographie autorisée, rédigée par Michel Taubmann, DSK «dément totalement le récit de la jeune écrivaine et déclare en substance: «C'est complètement faux! La scène qu'elle raconte est imaginaire». DSK rapporte que «l’entretien s'est déroulé normalement, et à la fin, j'ai appelé Michel Field pour qu'il lui accorde un entretien à son tour».

Concernant Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon et cadre du Parti socialiste, le biographe de DSK indique dans son livre que DSK «l'a croisée deux ou trois fois après l'émission de Thierry Ardisson dans le cadre d'activités du Parti socialiste. Ils ont parlé des accusations lancées contre lui par la jeune écrivaine. Et se sont, d'après lui, quittés en bons termes, comme si cette affaire n'était qu'un malentendu». 

5. Pourquoi avoir choisi la qualification de tentative de viol?

Cette qualification est liée à la prescription des faits supposés. Pour une agression sexuelle, la prescription est de trois ans.

Quant à la tentative de viol, les poursuites s’éteignent au bout de dix ans. L’agression présumée de Tristane Banon remonterait à février 2003.

6. Quelle est la suite de la procédure en France?

La plainte de Tristane Banon reçue par le parquet de Paris, le ministère public va maintenant décider de la classer sans suite, d'ouvrir une enquête ou encore de la confier à des juges. La procédure va durer plusieurs mois.

En cas de procès, Tristane Banon va devoir prouver qu'elle a bien été victime d'une tentative de viol de la part de Dominique Strauss-Kahn. La tentative de viol est passible de quinze ans de prison.

7. Pourquoi n’avoir pas porté plainte à l’époque des faits supposés?

Tristane Banon s’est récemment expliquée sur le fait qu’elle n’a pas déposé plainte en 2003: «Il y a huit ans, quand j'évoquais l'idée d'une plainte, tout le monde me faisait comprendre que cela n'aboutirait jamais. Dans ces affaires, c'est parole contre parole. (…) Il avait toutes les chances de son côté, moi aucune...» a-t-elle déclaré. 

La mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, élue socialiste et amie de Dominique Strauss-Kahn, l’aurait également dissuadée de porter plainte à l’époque, ce qu’elle regrette aujourd'hui.

8. Pourquoi porter plainte maintenant?

Ce dépôt de plainte suit de près la procédure judiciaire aux Etats-Unis. Tristane Banon a expliqué sur le site de L’Express en avoir marre: «Je n'en peux plus d'entendre dire que je suis une menteuse du fait que je ne porte pas plainte», a-t-elle déclaré. 

«Depuis huit ans, je porte cette histoire seule, j'entends les rumeurs, les mensonges à mon sujet», a-t-elle ajouté. «Pour une fois, je voudrais être maîtresse de ce qui m'arrive. Je voudrais que l'on m'entende, parce que j'ai peut-être enfin une chance d'être écoutée», répète l’écrivain.  

9. Que fait François Hollande dans cette histoire?

Tristane Banon déclare que François Hollande - à l'époque premier secrétaire du Parti socialiste-«connaissait l’histoire», et que «dans l'entourage de Laurent Fabius, beaucoup étaient au courant».

Selon la jeune femme, en 2003, «François Hollande m'a dit qu'il avait parlé de tout ça avec ma mère. Il espérait que je suive le conseil qu'il lui avait donné, à savoir de porter plainte».

Néanmoins, François Hollande, aujourd’hui candidat à la primaire socialiste, a récemment déclaré sur France Inter, qu’il n'a «eu aucune connaissance des faits - réels ou supposés» de cette histoire. Tristan Banon rétorque que François Hollande «ment».

10. Qui est l’avocat de Tristane Banon?

Me David Koubbi, un jeune avocat spécialisé dans le droit de la presse, est l’avocat de Tristane Banon dans cette affaire.

Par ailleurs romancier, David Koubbi est notamment connu pour avoir défendu l’ancien trader Jérôme Kerviel, l’actrice Isabelle Adjdani, l’ancienne actrice porno Clara Morgane, ou encore le docteur Delajoux, en conflit avec Johnny Hallyday.