François-Marie Banier retire sa plainte contre un SDF qui l'avait giflé alors qu'il le photographiait

JUSTICE Le photographe prenait des clichés sans son autorisation, Michel affirme avoir vu rouge après avoir été insulté...

J. M.

— 

Le photographe Francois-Marie Banier lors à l'ouverture de son procès pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, le 1er juillet 2010 au tribunal de Nanterre.
Le photographe Francois-Marie Banier lors à l'ouverture de son procès pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, le 1er juillet 2010 au tribunal de Nanterre. — REUTERS/Benoit Tessier

On a bien cru que les tribunaux lui manquaient. A peine sorti de l’affaire Bettencourt, François-Marie Banier s'est retrouvé au cœur d’une nouvelle affaire. L’histoire l’oppose cette fois à un SDF que Banier accuse l’homme de l’avoir giflé, ce à quoi ce dernier répond qu’il l’avait insulté et pris en photo sans autorisation. Le photographe a porté plainte samedi, avant de la retirer ce mercredi.

L’histoire se déroule sur les Champs-Elysées, samedi, selon Le Parisien. François-Marie Banier se promène avec son appareil photo et repère Michel, SDF bien connu du quartier qui prépare son numéro. L’homme, à la rue depuis sept ans, fait la manche avec un gobelet suspendu au bout d’une canne à pêche.

«Ta gueule, clochard»

«Des fois, je veux bien faire carte postale, raconte Michel, mais là j’étais en train de monter ma ligne quand ce type est arrivé avec son appareil photo. Il s’est mis à me mitrailler sans me demander mon avis... Et j’ai vu rouge. J’ai droit au respect quand même!» Le SDF s’adresse alors en Anglais au photographe, qu’il prend pour un touriste, et exige qu’il efface les photos.

«Ta gueule, clochard», répond François-Marie Banier, raconte Michel dans le quotidien. Ni une ni deux, ce dernier lui assène une gifle et le photographe court se réfugier auprès d’agents de sécurité RATP. Pour Michel l’affaire est close, et il continue de vaquer à ses occupations. Ce n’est qu’à l’arrivée des policiers qu’il réalise la situation.

«C’est vraiment l’histoire du pot de terre contre le pot de fer»

«Ils m’ont dit: “Tu sais à qui tu as mis une baffe, Michel? C’est un photographe célèbre!”» Les policiers, que Michel dit connaître depuis des années, embarquent le SDF et le placent en cellule de dégrisement. C’est au commissariat qu’il apprend que François-Marie Banier a porté plainte pour la gifle mais aussi pour injures homophobes, ce que Michel conteste.

Pour la première fois de sa vie, raconte Michel, il pensait se rendre au tribunal le 2 septembre. «C’est vraiment l’histoire du pot de terre contre le pot de fer», se désole le SDF. Mais il l’affirme: «Ma dignité, elle, je ne la perdrai jamais.» Il ne perdra pas le procès, en tout cas, puisque François-Marie Banier a annoncé ce mercredi à Europe 1 qu'il avait retiré sa plainte dans cette affaire.