Affaire DSK: Qui est vraiment Tristane Banon?

PORTRAIT La jeune femme qui accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol a livré des éléments de sa vie dans ses romans et lors de ses passages télé...

Julien Ménielle

— 

Tristane  Banon, journaliste et écrivain, dans une émission littéraire en 2008.
Tristane Banon, journaliste et écrivain, dans une émission littéraire en 2008. — IBO/SIPA

Teint diaphane, silhouette fluette, cheveux blonds et grands yeux inquiets, Tristane Banon a 32 ans mais en paraît 10 de moins. De plateaux télé en romans autobiographiques, la jeune femme qui a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn s’est racontée à plusieurs reprises. Mais qui est-elle vraiment?

«Enfance saccagée»

Lorsque sa mère, l’élue PS Anne Mansouret, la met au monde le 13 juin 1979 à Neuilly-sur-Seine, son père est présent. Ce sera la dernière fois, car il se perd entre la mairie où il est parti reconnaître sa fille et l’hôpital américain, raconte Tristane Banon sur le plateau de Thierry Ardisson en 2004. A l’époque, la jeune femme présente son roman J’ai oublié de la tuer, qui parle de sa mère.

Car si son père Gabriel Banon, ex-conseiller économique et financier de Yasser Arafat, est absent, sa mère la délaisse également. Tristane Banon acquiesce quand Ardisson évoque son «enfance saccagée par l’effroyable indifférence de sa mère». Laissée aux mains d’une nounou alcoolique dont elle raconte qu’elle finira par la battre, la petite fille affirme avoir été victime d’attouchements de la part d’un des proches de cette dernière.

«J’étais plus méfiante des femmes que des hommes»

Au sujet des hommes qu’elle verra «défiler» auprès de sa mère, la jeune femme assure qu’elle avait «presque un peu pitié d’eux» de se laisser manipuler. «J’étais plus méfiante des femmes que des hommes», se souvient-elle. Seul souvenir heureux: le semblant de cocon familial qu’elle trouve à Paris auprès de la famille qui l’héberge en échange des cours qu’elle donne à leur fille. A l’époque elle a 14 ans, et sa mère est partie vivre en Bretagne. Sans elle.

Sortie diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris en 2000, la jeune femme effectue des piges au sein de rédactions comme Paris Match ou Le Figaro. Mais elle rêve de littérature et publie son premier livre en 2003, qui sera suivi de trois romans. Un temps tentée par la presse sportive, Tristane Banon est actuellement journaliste pour le site Atlantico, lancé en 2011 et considéré comme marqué à droite.

«Adulte entre guillemets»

Tristane Banon a pardonné à sa mère quand elle est devenue «adulte entre guillemets». C’est pourtant à nouveau cette dernière qui lui demande de ne pas porter plainte quand elle lui annonce que DSK a tenté de la violer. En février 2007, c’est encore sur le plateau de Thierry Ardisson qu’elle raconte l’épisode. Pour son premier livre dans lequel elle confesse des hommes de leurs «Erreurs avouées», elle rencontre DSK en 2003. «Il a dégrafé mon soutien-gorge, il a essayé d'ouvrir mon jean», décrit-elle, parlant d’une bagarre.

La jeune femme dit être une amie de Camille, la fille de Dominique Strauss-Kahn, et la filleule de sa deuxième épouse. Elle ne voulait pas être «la fille qui a eu un problème avec un homme politique». Aujourd’hui, «je n’en peux plus d'entendre dire que je suis une menteuse du fait que je ne porte pas plainte», raconte Tristane Banon. Reste à savoir si une procédure judiciaire fera taire les sceptiques.