Le sarkozysme, un pompidolisme ?

— 

Nicolas Sarkozy, le 22 juin, à Paris.
Nicolas Sarkozy, le 22 juin, à Paris. — Philippe Wojazer/AP/SIPA

A priori, peu de choses relient Georges Pompidou le paysan et Nicolas Sarkozy le Neuilléen. Pourtant, le président de la République se rend aujourd'hui à Montboudif (Cantal), où son lointain prédécesseur naquit il y a un siècle déjà, pour lui rendre hommage. Y aurait-il du Georges Pompidou caché chez Nicolas Sarkozy ? Malgré un « parcours intellectuel différent » – Pompidou était agrégé de lettres –, l'historien Charles Giol, auteur de De Jaurès à Sarkozy : histoire de France de 1914 à nos jours (éd. PUF), note qu'aucun des deux chefs d'Etat « n'a fait carrière dans la fonction publique ». « Ce sont des anti-énarques, pas issus du sérail, ouverts au monde des affaires. » Pompidou avait notamment dirigé la banque Rothschild. Autre point commun : le style. « Pompidou avait une personnalité moins rigide que de Gaulle. Clope au bec, il menait une vie de couple moderne avec sa femme. En un sens, il n'était pas loin du style Sarkozy. » Mais surtout, rappelle-t-il, « Pompidou symbolise les dernières années de la France triomphante. » Il n'est donc pas surprenant que Nicolas Sarkozy s'y raccroche. « Les deux hommes ont un amour de l'industrie ou de ce qu'il en reste, confirme Alain Frèrejean, auteur de C'était Georges Pompidou (éd. Fayard). » Une foi affichée dans la modernité que Nicolas Sarkozy ne devrait pas manquer de rappeler aujourd'hui.Alexandre Sulzer