Affaire DSK: Pour Guéant, c'est «normal» que le groupe Accor prévienne l'Elysée

POLÉMIQUE e ministre de l'Intérieur tente de dégonfler la théorie du complot relayée par des proches de DSK...

M.P. avec Reuters

— 

L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011.
L'hôtel Sofitel de New-York, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre, le 15 mai 2011. — BEHAR ANTHONY/SIPA

Avec le rebondissement judiciaire de l’affaire Strauss-Kahn, la théorie du complot reprend du poil de la bête. Visé en premier lieu par des proches de l’ex-patron du FMI: le groupe français Accor, propriétaire du Sofitel de New York. Un député socialiste, François Loncle, a évoqué des «connexions» entre cet hôtel et «des officines» et s’est interrogé sur les relations entre l’Elysée et la direction de cet hôtel.  «Tout n'est pas clair dans le comportement des dirigeants du Sofitel et du groupe Accor», a ajouté le socialiste. «A qui les gens du Sofitel ont-ils téléphoné à Paris ? Au patron des Renseignements intérieurs (DCRI)?»

D’après des sources proches du dossier, c’est bien la direction de l’hôtel qui a prévenu la présidence française de l’incroyable fait-divers qui s’est déroulé dans la chambre 2806 autour de minuit le 14 mai, même si le groupe Accor dément «toute implication» et parle d’allégations «sans fondement» et «diffamatoires». Bernard Squarcini, le patron de la DCRI, a également démenti ce lundi matin toute intervention. «Je n'ai jamais été en relation avec le directeur du Sofitel que je ne connais pas, ni avec aucun responsable du groupe Accor», dit-il au Monde.

«Ces accusations sont odieuses»

Mais pour Claude Guéant, il serait «normal» que le groupe ait prévenu rapidement les autorités françaises de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn pour des faits présumés d'agression sexuelle. Le ministre de l'Intérieur a qualifié de «scandaleux» les propos de plusieurs partisans de Dominique Strauss-Kahn visant Accor.

Pour lui, les partisans de la théorie du complot «procèdent pas des insinuations, ils n’affirment pas», a-t-il dit sur France 2. «Ou bien M. Loncle a des accusations à porter et il saisit la justice, ou bien il se tait. Ces accusations sont odieuses.», a-t-il ajouté.

Un ex-fonctinnaire de police chez Accor

Plusieurs médias ont en fait rapporté que le directeur de la sécurité d'Accor, un ancien haut fonctionnaire de la police nationale, avait lui-même prévenu l'Elysée le 14 mai un peu plus d'une heure seulement après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Des informations que Claude Guéant n'a pas clairement démenties. «J'ai été informé dans la nuit de samedi à dimanche, un peu après minuit et demi, par mon directeur de cabinet qui, lui-même, avait été informé par le coordonateur national du renseignement», a dit le ministre de l'Intérieur.

«D'où le coordonnateur national du renseignement tenait-il ses informations? Je ne sais pas, mais à supposer que ce soit Sofitel qui l'ait prévenu, je dirais que c'est parfaitement normal: qu'une grande chaîne hôtelière française informe les autorités françaises de ce qu'il est advenu l'arrestation d'une personnalité mondiale de premier plan qui est de nationalité française, ça me semble absolument normal.» Fin de la polémique.