Plus de 180 blessés dans la manifestation contre la ligne TGV Lyon-Turin

Avec Reuters

— 

Plus de 180 personnes, pour la plupart des policiers, ont été blessées dimanche dans les Alpes italiennes lors d'un rassemblement des adversaires du projet de liaison ferrée à grande vitesse entre l'Italie et la France, qui a dégénéré en affrontements.

La manifestation, qui se déroulait sur le versant transalpin du Val de Suse, dans les environs de Turin, a vu notamment des militants bombarder la police à l'aide de pierres et de pétards. Au moins 188 policiers ont été blessés lors des heurts, tandis que des protestataires et un ouvrier ont été également touchés.

La police a arrêté au moins cinq personnes et a tenté de disperser des centaines de manifestants réunis à proximité du site en construction à l'aide de grenades lacrymogènes. Certains opposants au TGV ont néanmoins réussi à franchir les barrières. De nombreux chefs de file des partis politiques italiens ont pris leurs distances avec les violences, tout comme des groupes écologiques.

La plupart des 6.000 manifestants avaient pourtant défilé dans le calme pour dire leur opposition au percement d'un tunnel susceptible, selon eux, de nuire à l'environnement. Des heurts similaires s'étaient produits cette semaine au même endroit.

D'après la police, un grand nombre de personnes impliquées dans les heurts étaient des casseurs et venaient, pour certains, de l'étranger. En 2001, Paris et Rome avaient convenu de construire une liaison ferroviaire à grande vitesse d'un montant de 15 milliards d'euros entre les deux pays. Les habitants de la vallée piémontaise sont farouchement hostiles à ce projet, défendu par le gouvernement et les autorités locales italiennes.