Affaire DSK en direct: Kenneth Thomson maintient la version de sa cliente

M.P.

— 

Incroyable retournement de situation à New York: la femme qui porte les accusations contre Dominique Strauss-Kahn fait l’objet de doutes importants de la part du bureau du procureur. D’après des informations du New York Times de vendredi, les enquêteurs ont trouvé de nombreux éléments qui mettent en cause la crédibilité de la plaignante, qui a menti à plusieurs reprises, ce qui pourrait amener à l’abandon des charges retenues contre DSK.

>> Le détail sur les éléments mettant en doute la crédibilité de la plaignante, c'est par ici

«Les enquêteurs ont découvert des failles importantes dans la crédibilité de la femme de chambre», relève le jounal, qui cite deux enquêteurs de manière anonyme. Le bureau du procureur s’est rendu compte que la femme avait menti lors de sa démarche pour obtenir l’asile sur le sol américain et qu’elle avait pourrait être en lien avec des activités criminelles. Elle a notamment passé, dans les 24 heures suivant les faits, un coup de téléphone à un détenu condamné pour blanchiment d’argent , avec qui elle a évoqué le profit à tirer de maintenir ses accusations contre DSK.

De fait, son témoignage, pièce essentielle des accusations de viol, devient extrêmement fragile. A tel point que, révèle le New York Post, le procureur pourrait renoncer à la présenter à la barre.

Ces informations du bureau du procureur expliquent pourquoi une audience exceptionnelle a été convoquée ce vendredi à 17h30 heure française. Le bureau du procureur devrait communiquer plus en détail sur ces éléments au juge Michael Obus et à la défense de DSK. Dans un premier temps, un allègement, voire une levée, du contrôle judiciaire pourrait être accordé à DSK, ce qui pourrait ouvrir la voie à l’abandon des charges contre l’ex-président du FMI.