Fraude au BTS: Valérie Pécresse promet une «nouvelle épreuve» mi-juillet

ÉDUCATION our les étudiants qui, bloqués par certains de leurs camarades dimanche, n'avaient pu assister à l'épreuve de rattrapage...

Céline Masfrand

— 

L'épreuve de philosophie du baccalauréat à Paris, le 16 juin 2011.
L'épreuve de philosophie du baccalauréat à Paris, le 16 juin 2011. — DURAND FLORENCE/SIPA

Un geste vers les étudiants. Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur, a annoncé mercredi à l’Assemblée nationale qu’une «nouvelle épreuve» serait organisée «d’ici mi-juillet». Avant d’ajouter: «Il est totalement injuste que certains étudiants irresponsables pénalisent les autres (…) Ni Luc Chatel, ni moi n’accepterons que certains viennent entacher les valeurs de la République.»

Seuls 1.115 des candidats, sur les 2.500 convoqués

Plusieurs étudiants en BTS n’avaient en effet pas pu assister, dimanche dernier, au rattrapage de l’épreuve de gestion, bloqués par d'autres candidats qui empêchaient l'accès aux salles de la Maison des examens d'Arcueil (Val-de-Marne).Ces derniers manifestaient leur mécontentement au sujet du traitement «à deux vitesses» des différents cas de fraude au bac et au BTS. Les protestataires pointaient ainsi du doigt la non-annulation de l’examen de mathématiques qui «lui, avait des fuites avérées», selon eux. La notation de l'examen avait été annulée par le ministère de l'Enseignement supérieur, car les correcteurs considéraient que l’épreuve avait été «massivement fraudée».

Seuls 1.115 des candidats -sur les 2.500 convoqués- avaient passé l’épreuve de rattrapage, dimanche, de l’examen de gestion en question, selon le rectorat. Le ministère a affirmé mercredi que les résultats des étudiants qui ont eu accès aux salles d’Arcueil dimanche seront pris en compte mais que «les élèves [qui n'ont] pas composé seront à nouveau convoqués» courant juillet pour repasser l’examen.

«Madame Pécresse n’a pas compris nos attentes»

Mais certains étudiants ne semblent toujours pas convaincus par les solutions du ministère de l’Enseignement supérieur: «Madame Pécresse n’a pas compris nos attentes. Il est totalement injuste de faire repasser l’épreuve à 2.500 étudiants qui ont déjà travaillé dur, on nous accuse alors qu’il n’y a aucune preuve», reproche Hannah Darras, étudiante en BTS. Selon la jeune femme, «aucun rapport d'incident de la part du directeur de salles et des surveillants concernant des éventuelles fraudes n'a été fait».

La étudiants souhaitent la correction des copies du premier passage de l'examen, qui « n'a pas été cette année plus qu’une autre particulièrement victime de fraudes», souligne l'étudiante. «Aujourd’hui, nous attendons qu’on nous présente des preuves de triche et une mesure valable qui n’est certainement pas celle de repasser l’épreuve», termine-t-elle.

«On ne souhaite pas repasser l’examen, ce n’est en rien un cadeau du ministère»

Sur Internet, la pétition qui avait été lancée par les parents d’élèves pour se plaindre des mauvaises conditions de passage des examens de leurs enfants compte à l’heure actuelle 1.237 signataires. Les étudiants de BTS mécontents prévoient, quant à eux, de faire acte de présence vendredi devant la Maison des examens d’Arcueil, alors que le service inter-académique des examens et des concours (SIEC) tiendra une réunion au sujet du BTS.

«On ne souhaite pas repasser l’examen, ce n’est en rien un cadeau du ministère», note Mathis Klott, étudiant en BTS, qui faisait partie du mouvement de blocage de l’accès à la Maison des examens, dimanche dernier. «Nous voulons que les élèves qui ont composé deux fois sur cette même matière soient corrigés et que l’on retienne la meilleure note des deux sujets. Pour moi, c’est clair, je ne composerai pas une deuxième fois», lance le jeune homme. Reste à voir si Valérie Pécresse entendra leur requête.