Fraude au BTS: Les étudiants protestent contre le traitement «à deux vitesses» de Luc Chatel

ÉDUCATION lusieurs étudiants en BTS qui n'ont pas assisté au rattrapage de l'épreuve, dimanche, pestent sur le Net contre les zéros qui pourraient leur être attribués...

Céline Masfrand

— 

Deux étudiants s'ennuient en classe.
Deux étudiants s'ennuient en classe. — PureStock/SIPA

Un zéro pointé qui fait chuter la moyenne. Telle est la sanction que se verraient attribuer les candidats qui n’ont pas assisté à l’épreuve de rattrapage de BTS à Arcueil (Ile-de-France). Les candidats au BTS négociation et relation client devaient en effet repasser l’épreuve de gestion (coefficient 4) à la suite des soupçons de fraude de l’examen du 11 mai dernier.

Epreuve dominicale

Or, aucune preuve n’avait réellement été donnée et seules des suspicions auraient été avancées. Allers retours aux toilettes, chahut pendant l’épreuve, corruption des surveillants... Les professeurs avaient décidé de boycotter la correction de l’examen accusant les étudiants de «fraudes massives». Le ministère de l’Education nationale, lui, aurait approuvé ce report. «Je n’ai pas vu de fraudes particulières.Les allers et retours aux toilettes, il y en avait oui, mais pas plus ni moins que les autres années», confie Hannah Darras, étudiante en BTS et candidate à l’épreuve.

La particularité de l’épreuve? Elle était programmée un dimanche matin. Plusieurs étudiants ont protesté contre cette date et ont finalement choisi de ne pas s’y présenter. Mais la révolte de ces jeunes ne venait pas uniquement du choix de ce jour dominical pour le déroulement de l’examen, mais davantage de la différence de traitement comparée aux terminales S, qui «eux n’ont pas du repasser l’épreuve».

Élèves de BTS désavantagés

Les élèves et les parents d’élèves dénoncent un traitement «à deux vitesses» de celui réservé aux bacheliers de la section S, qui eux n’ont pas du repasser l’épreuve de mathématiques victime de fuites. «On protège les bacheliers alors qu’il y a eu des fuites reconnues et avérées, certes ils sont 160.000 mais on oblige 2.500 étudiants à repasser une épreuve de 5 heures coefficient 4 un dimanche de 9 heures à 14 heures à cause de quelques suspicions de fraudes!», s’insurge un parent d’élève sur une pétition lancée sur internet dimanche et qui compte à l’heure actuelle près de 700 signataires.

D’après les étudiants, les conditions de passage de premier examen étaient en effet «limites». «Les surveillants n’étaient pas assez nombreux, non compétents, les locaux mal adaptés pour un si grand nombre (…), on veut bien reconnaître la difficulté et la complexité d’organiser de telles épreuves mais cela est de la responsabilité du SIEC pas des étudiants!», critique un parent d’élève sur le site petitionenligne.com. «On était 2.500 dans un hangar, les surveillants ne savaient plus où donner de la tête », raconte l’un des étudiants.

Des candidats bloqués par des candidats remontés

La sanction prévue pour un manquement à l’examen, sans justificatif valable?  C’est un zéro pointé. Sanction que les BTS jugent trop sévère étant donné que plusieurs des «abonnés absents» voulaient y assister. Seulement voilà, le problème c’est que certains des candidats ont été bloqués par d’autres de leurs camarades qui manifestaient et bloquaient l’accès des portes d’entrée de la Maison des examens d’Arcueil.

«Aujourd'hui je me retrouve pénalisé par un blocus. Le BTS est pour moi un avancement fondamental pour la suite des mes études et mon entrée dans la vie active. J'aimerai que tous soient solidaires, certes il y a eu de la triche comme dans tous les examens. Mais la triche, on la règle sur le moment!», peste un étudiant sur le web.

Seul 1.200 des candidats -sur les 2.500 convoqués- auraient passé l’épreuve de rattrapage de l’examen de gestion en question, selon le rectorat.  A la suite de plusieurs plaintes déposées par des candidats et aux vives réactions des parents d’élèves, une délégation devait être reçue lundi au ministère, selon Europe 1.