Bactérie E.coli: Suspicion de cas groupés d'infections à Bordeaux

SANTE Sept personnes victimes de diarrhées sanglantes ont hospitalisées jeudi...

A Bordeaux, Marion Guillot et Eric Bordage

— 

L'hôpital bordelais Pellegrin le 23 juin 2011.
L'hôpital bordelais Pellegrin le 23 juin 2011. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Sept patients hospitalisés à Bordeaux, dont six pour des diarrhées sanglantes. Jeudi soir, la préfecture de la Gironde a confirmé la suspicion de cas groupés d’Escherechia coli. Mais l’origine de la contamination restait encore floue. Selon nos informations, l’une des personnes concernées, un trentenaire Bordelais hospitalisé à Robert-Picqué, aurait consommé en début de semaine du steak surgelé acheté chez Lidl.

«Les médecins ne trouveaint pas ce qu'il avait»

«C’est un gars solide. Mais il s’est senti tellement mal qu’il est allé à l’hôpital, témoigne l’un de ses amis. Au début, les médecins ne trouvaient pas ce qu’il avait, mais on lui a dit que des cas similaires étaient soignés à Pellegrin. Ils ont essayé plusieurs traitements avant de pouvoir le soulager.» Pour autant, «les premières investigations écartent un lien avec l’épisode de cas groupés liés aux steaks hachés Steaks Country survenu dans le Nord-Pas-de-Calais en juin», a indiqué la préfecture.

Deux cas de syndrome hémolytique et urémique sont par ailleurs survenus chez des adultes de 19 et 67 ans à Bordeaux. Les dates de début des symptômes se situent entre le 15 et le 21 juin, a précisé la préfecture. Les investigations épidémiologiques ont été lancées dès les premiers signalements par la cellule de l’Institut de Veille Sanitaire en Aquitaine, en lien avec l’Agence Régionale de Santé.

«Trois présentent des complications rénales»

Les recherches d’infection à Escherichia coli pouvant entraîner des diarrhées sanglantes et des syndromes hémolytiques et urémiques sont en cours, selon la préfecture. Les personnes présentant des diarrhées sanglantes sont invitées à consulter leur médecin traitant. «Sur les sept personnes hospitalisées, trois présentent des complications rénales», détaillait ce jeudi soir Patrice Richard de l’Agence Régionale de Santé Aquitaine. Selon la même source, «les personnes ont été hospitalisées dans divers établissements de la CUB et ne se connaissaient pas».

Cette nouvelle affaire intervient le jour même où une cinquantaine d'enfants ont été pris de vomissements après avoir mangé des hamburgers-frites à la cantine dans le Nord.