Fuite au bac S: Le ton monte après la décision de Luc Chatel

ÉDUCATION ercredi, le ministre annonçait sa décision de ne pas annuler l'épreuve de mathématiques, et jeudi, d'abaisser son obtention à 9 sur 20 pour les terminales S...

Céline Masfrand

— 

Palaiseau: 42 bacheliers en stage intensif cet été à Polytechnique, le 6 août 2010.
Palaiseau: 42 bacheliers en stage intensif cet été à Polytechnique, le 6 août 2010. — JOBARD/SIPA

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. La décision de Luc Chatel d’abaisser la note d’obtention du bac S à 9/20 semble être de trop pour les associations d’enseignants, de parents d’élèves et les organisations lycéennes.

«Il aurait été plus judicieux d’accorder les quatre points aux élèves sur l’exercice en question plutôt que de changer les règles d’obtention du bac qui ne concernent pas qu’une seule et unique matière!, s’emporte  Pascale Pombourcq, professeure de mathématiques et ancienne présidente de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public. Avec ça, c’est clair qu’ils ont acheté la paix sociale!».

Une pétition et des recours en justice

Mercredi déjà, alors que le ministre de l’Education nationale annonçait sa décision de ne pas annuler l’épreuve de mathématiques et de supprimer l’exercice qui a fait l’objet d’une fraude, les commentaires  sur le Net étaient en pleine ébullition. Une pétition contre cette décision a même été mise en ligne. Elle comptait ce jeudi après-midi  1.300 signataires.

D’autres vont plus loin. Une lycéenne parisienne a déposé un recours auprès du Conseil d’Etat pour demander «l’annulation de la décision du ministre de l’Education nationale de ne pas noter l’exercice de mathématiques ». Trois lycéens rochelais ont de leur côté saisi le tribunal administratif de Poitiers.

Certains proposent d’annuler l’épreuve entière, de la faire repasser ou bien «donner les 4 points» de l’exercice de probabilité à tous les terminales S.

«La pire des solutions»

«Le ministre a choisi la pire des solutions, du moins la plus injuste, estime Pascale Pombourcq.  Seuls les bons élèves sont sauvés par cette alternative, les moyens eux, vont forcement perdre au change», Autres mécontents dans l’affaire, les associations de parents d’élèves (FCPE) et les organisations lycéennes (FIDL et UNL), qui pestent contre la décision du ministre et exigent une réforme des modalités d’organisation du baccalauréat.

Certains élèves se réjouissent malgré tout de la décision d’abaisser l’obtention du bac S à 9/20, y voyant un tremplin vers l’obtention du diplôme: «Quelque part ça m’arrange qu’ils nous laissent le bac à 9/20, avoue Emilie, lycéenne en terminale scientifique. Même si, honnêtement, je trouve que nous donner un point de moyenne pour un exercice c’est beaucoup!».