Affaire Ligonnès: La soeur de XDDL «pense qu'il a été tué comme tout le monde»

TUERIE DE NANTES La famille du suspect numéro un de l'affaire ne veut pas croire pas qu'il ait pu abattre sa femme et ses quatre enfants...

J. M.

— 

AFP

«C’est absurde de penser qu’il ait pu commettre l’inacceptable.» Christine, la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès, refuse de croire que son frère puisse être l’auteur du quintuple meurtre de sa famille à Nantes. «Je pense qu’il a été tué comme tout le monde», a-t-elle confié à Paris Match au cours d’un entretien auquel assistait aussi sa mère, Geneviève.

«J’ai édité un petit livret dans lequel j’écrivais des messages qui me venaient de l’au-delà»

«J’essaie de comprendre. Je suis si lasse, mais ma foi en Dieu m’aide à tenir le coup», raconte la mère mère de Xavier Dupont de Ligonnès. Son appartement versaillais est en effet décoré d’objets religieux. Cette femme de 81 ans a même été suspectée d’avoir appartenu à une secte. Ce qu’elle nie farouchement.

«J’ai édité un petit livret dans lequel j’écrivais des messages qui me venaient de l’au-delà. Ne riez pas, c’est quelque chose que je ne peux pas expliquer. Ce livret a été vendu à 11.000 exemplaires», reconnaît Geneviève. Mais, si elle indique qu’un «chanoine» est devenu son «père spirituel», elle assure n’avoir jamais appartenu à une secte ni avoir «une emprise sur quiconque».

Adultère

«J’ai élevé mes enfants dans la religion catholique, mais jamais avec rigidité», se défend Geneviève. Le seul traumatisme dans l’enfance de son fils Xavier, selon elle, c’est la décision de son père de quitter le domicile conjugal. «Mon mari, je l’avoue, n’était pas un modèle de sainteté! Je n’ai jamais voulu savoir», concède Geneviève en allusion aux relations extraconjugales de son mari.

Volage, Xavier Dupont de Ligonnès l’était aussi. «Mon père avait une double vie, pas Xavier», tranche Christine. Comme sa mère, elle décrit un homme «sentimental, pas séducteur», un mari aimant, un père attentif. Un portrait qui ne cadre pas avec l’image d’un homme qui aurait massacré sa famille. «Pour quelle raison aurait-il fait ça, se demande Geneviève. J’ai beau chercher, je n’ai aucune réponse.»