La course 2012: Des Français toujours attirés par les primaires

POLITIQUE Malgré les protestations de certains à droite...

Matthieu Goar

— 

Des personnes procèdent au dépouillement des votes, le  20 mars 2011 dans un bureau de vote de Dijon, au soir du premier tour  des élections cantonales.
Des personnes procèdent au dépouillement des votes, le 20 mars 2011 dans un bureau de vote de Dijon, au soir du premier tour des élections cantonales. — AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

>> L'étude complète en PDF à télécharger ici

  Alors que des voix de la majorité s'élèvent contre l'organisation des primaires, les Français sont toujours autant attirés par cette élection. 34 % des personnes interrogées déclarent qu'ils iront « certainement » (16 %) ou « probablement » (18 %) voter. Un résultat à la baisse (-3 points) par rapport au mois de mai, mais qui démontre toujours une réelle curiosité pour cette investiture ouverte à tous.

Ces derniers jours, Claude Guéant et Jean-François Copé, ministre de l'Intérieur et secrétaire général de l'UMP, ont dénoncé les risques de « fichage politique ». Ce qui a provoqué une indignation du côté du PS. « Nous avons voulu que cette primaire soit incontestable, a détaillé David Assouline, secrétaire national, avant d'expliquer que les feuilles d'émargement seraient mises sous scellés à la fin du vote.

C'est pour cela que l'UMP s'énerve. Elle sait que ce moment là s'il est réussi sera le premier vote des citoyens pour donner un nom au changement. » Et le PS de s'inquiéter à son tour. « Vu l'état d'esprit de M. Copé, pensez-vous qu'à Meaux, il ne risque pas d'y avoir au contraire, un certain nombre d'employés du cabinet de M. Copé qui iront vérifier si les employés municipaux de la ville de Meaux n'iront pas voter aux primaires ? », a déclaré Benoît Hamon sur RFI.

Méthodologie

Sondage exclusif CSA/BFMTV/RMC/20Minutes réalisé par téléphone les 20 et 21 juin 2011 au domicile des personnes interviewées.

 

Echantillon national représentatif de 1004 personnes âgées de 18 ans et plus, dont ont été extraites 825 personnes inscrites sur les listes électorales en France, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge et profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d’agglomération.