Une messe à la victoire des victimes des inondations du Var

© 2011 AFP

— 

Près de 400 personnes, parmi lesquelles les familles des 23 morts et deux disparus dans les pluies torrentielles qui ont dévasté le Var en 2010, ont assisté ce mercredi matin à Draguignan à une messe. «Cette messe est dite pour le repos de l'âme des victimes», a déclaré le vicaire général du diocèse Fréjus-Toulon, Jean-Yves Molinas.

«Le sentiment qui continue à nous hanter, c'est l'impuissance face à la violence des flots», a encore dit l'officiant, s'interrogeant sur la façon de «réparer les cicatrices, les plaies encore ouvertes».

Inauguration d'un mémorial

Mgr Molinas a ensuite égrené les noms des victimes, dont les familles avaient du mal à cacher leur émotion, certaines étouffant des sanglots.

Laurent, qui a perdu à Draguignan son frère et sa belle-soeur, fonde l'espoir «qu'ils ne soient pas mort pour rien» tandis que Mireille, qui dit être «venue pour se recueillir pour les victimes», a tout perdu et avoue «toujours vivre dans l'angoisse dès qu'il pleut».

D'autres manifestations sont annoncées dans la journée, dont l'inauguration d'un mémorial en présence du secrétaire d'Etat chargé des Transports, Thierry Mariani.

31.560 sinistrés

Le 15 juin 2010, après un début de journée pluvieux dans la région de Toulon-Hyères, des «averses paroxystiques», selon les experts de la mission d'enquête nationale, s'étaient abattues sur le centre du département, puis Draguignan et la basse vallée de l'Argens, venant gonfler rapidement les rivières et provoquant d'exceptionnelles inondations.

Outre les pertes humaines, le bilan matériel était considérable: des villages comme Les Arcs-sur-Argens ou Taradeau, dévastés, la prison de Draguignan détruite, des zones industrielles, des campings, des récoltes anéantis et près de 10.000 véhicules hors d'usage.

Au total, de Draguignan à Fréjus, on recensait 31.560 sinistrés, dont 3.417 entreprises et 18.350 habitations et logements touchés.