Le Mariage Gay attendla bénédiction des députés

Matthieu Goar

— 

Devant l'Assemblée, mercredi.
Devant l'Assemblée, mercredi. — F. DUPUY / SIPA

Un débat, mais pas de vote. La proposition de loi socialiste visant à légaliser le mariage homosexuel n'a pu aller à son terme, hier à l'Assemblée nationale. Par une procédure autorisée par la Constitution (la « réserve du vote »), le gouvernement a demandé qu'un vote solennel ait lieu mardi prochain, en présence de tous les élus. « Le gouvernement a donné un permis d'absentéisme à ses députés, peste Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis et vice-président du groupe PS à l'Assemblée. C'est d'autant plus dommage que l'on n'est pas dans un simple débat gauche-droite, mais dans un vrai débat de société. »

Un enjeu pour 2012
Du coup, les bancs de la droite étaient particulièrement clairsemés lors des débats. Moins d'une dizaine d'élus de la majorité ont assisté à la séance alors que la représentation nationale s'emparait de ce sujet pour la première fois, douze ans après avoir voté le pacte civile de solidarité (Pacs). Le ministre de la Justice a exprimé son hostilité à cette initiative, le mariage étant une « institution ». Pourtant, l'unanimité n'est pas aussi évidente dans la majorité. Fidèle à ce qu'il avait annoncé, le député de Seine-et-Marne Franck Riester (UMP) est monté à la tribune pour expliquer qu'il voterait pour cette loi. Jean-Louis Borloo (Parti radical) s'est lui aussi prononcé récemment pour. « Notre proposition a aussi le mérite de montrer les divergences dans leur rang », conclut Bruno Le Roux (PS) qui espère que ce débat obligera les candidats à la présidentielle à se positionner sur ce sujet.

un précédent

En novembre 2009, le gouvernement Fillon avait déjà utilisé la procédure de réserve du vote lors de l'examen d'une proposition de loi sur l'euthanasie pour la faire voter un mardi. Une proposition qui émanait déjà du groupe PS.