L'ancien ministre de l'Education, Luc Ferry, a expliqué hier qu'il y avait « zéro problème ».
L'ancien ministre de l'Education, Luc Ferry, a expliqué hier qu'il y avait « zéro problème ». — J.-S. EVRARD / SIPA

Société

Emploi fictif ou problème administratif?

Polémique Luc Ferry a été reçu par Matignon pour s'expliquer sur son absence de l'université

Luc Ferry convoqué comme un mauvais élève. Hier, le philosophe a été invité à venir s'expliquer à Matignon par le directeur de cabinet de François Fillon, Jean-Paul Faugère. A l'origine de cette convocation, un article du Canard Enchaîné qui affirme que l'ancien ministre est payé 4 499 € net par mois par l'université Paris-VII depuis septembre 2010, alors qu'il n'a donné aucune heure de cours de philosophie.
Selon l'hebdomadaire satirique, le président de cet établissement aurait convoqué l'ancien ministre pour qu'il se justifie et lui propose dans une lettre publiée de rattraper ses heures de cours entre le 15 juin et le 13 juillet. « Je n'ai jamais été convoqué par le président de l'université, c'est totalement absurde. Le détachement est en cours, cela a pris un peu plus de temps parce que c'est une nouveauté dans le service administratif, mais il y a zéro problème », s'est justifié Luc Ferry au micro de BFMTV après une demi-heure d'entretien.

En voie de règlement ?
Selon le philosophe, le problème est donc administratif. Depuis sa sortie du gouvernement en 2004, Luc Ferry est président délégué du Conseil d'analyse de la société (CAS), un organisme placé auprès du premier ministre qui lui rend des rapports. A ce titre, il avait obtenu une dispense de cours tout à fait légale mais qui a pris fin le 30 septembre 2010. A cette date, la loi sur l'autonomie des universités étant entrée en vigueur, l'ancien ministre devait négocier directement avec l'établissement. Ce qui n'a pas été fait. Vincent Berger, le président de l'université Paris-Diderot, et l'ex-ministre auraient convenu d'un rendez-vous « très prochainement », selon l'établissement, cité par le site internet lefigaro.fr.

maroc

Le Maroc a ouvert une enquête, hier,après les propos de Luc Ferry accusant un ministre d'avoir eu des relations pédophiles dans le pays.