L'avocat de la plaignante lance un appel aux éventuelles autres victimes de DSK

JUSTICE Il s'est adressé aux femmes françaises et africaines...

© 2011 AFP

— 

L'avocat Kenneth Thompson, qui défend la victime présumée de DSK, tient une conférence de prese devant la Cour suprême de New York, le lundi 6 juin 2011.
L'avocat Kenneth Thompson, qui défend la victime présumée de DSK, tient une conférence de prese devant la Cour suprême de New York, le lundi 6 juin 2011. — D. EMMERT / AFP

La bataille médiatique a commencé et le nouvel avocat de la femme de chambre accusant DSK a frappé fort. Me Kenneth Thompson a lancé mardi soir sur France 2 un appel à d'éventuelles autres victimes de l'ancien patron du FMI. Il a adressé cet appel à des femmes de France et d'Afrique.

>> Tous nos articles sur l'affaire DSK sont à retrouver par ici

«S'il y a une femme, en France ou en Afrique qui a été agressée sexuellement ou violée par Dominique Strauss-Kahn, qu'elle m'appelle, qu'elle me contacte, car nous voulons l'aider, nous voulons lui parler», a déclaré l'avocat de la femme de chambre.

Une plaignante «traumatisée»

L'avocat est apparu dans le dossier de manière théâtrale lundi, en prenant la parole devant le tribunal pénal où Dominique Strauss-Kahn venait de plaider non coupable des crimes sexuels dont il est accusé. «Nous allons protéger ses droits, parler en son nom et travailler avec le bureau du procureur», avait-il déclaré devant une centaine de journalistes.

Me Thompson a décrit sa cliente --qui n'a jamais été vue ni entendue en public-- comme une femme simple et travailleuse, «traumatisée» mais «désireuse de défendre sa dignité». «J'ai décidé de m'occuper de cette affaire car nous sommes soucieux de toutes les femmes victimes d'agressions sexuelles. Mon cabinet défend les droits de tous ceux dont on profite dans le monde», a-t-il expliqué sur France 2.

Son cabinet, Thompson Wigdor & Gilly, est spécialisé dans les batailles judiciaires qui permettent à des particuliers de réclamer des millions de dollars de dédommagements à des employeurs ou autres adversaires fortunés.

En raison de débordements, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.