Rapport d'Eric Ciotti sur la détention: «Ce serait dommage de revenir sur une mesure du programme présidentiel de 2007»

PRISONS Le député UMP veut bouleverser le système des remises et aménagements de peine, ce qui ne provoque pas l'enthousiasme, y compris dans son propre camp...

Vincent Vantighem

— 

La prison de la Santé, à Paris, le 11 juin 2007. 
 
La prison de la Santé, à Paris, le 11 juin 2007.    — WITT/SIPA

Si l’Elysée veut satisfaire Eric Ciotti, il va falloir construire des prisons. Le député (UMP) des Alpes-Maritimes remet mardi à 17h au président de la République, un rapport pour «redonner du sens» à la sanction pénale. Dévoilé ce ludni matin par le Figaro, ce rapport part du constat que 80.000 peines prononcées par les tribunaux attendent d’être appliquées.

Célèbre pour avoir préconisé la suppression des allocations familiales aux parents dont les enfants font l’école buissonnière, Eric Ciotti veut, cette fois, mettre tous les délinquants derrière les barreaux. Et surtout qu’ils y restent jusqu’à la fin de leur peine. Ainsi, le député préconise de supprimer le système actuel de remise de peine et de revenir sur les aménagements -comme les bracelets électroniques- dont bénéficient les personnes condamnées jusqu’à deux ans de prison. Cette dernière réforme a pourtant été votée il y a moins de deux ans.

Les prisons débordent déjà

«Ce serait dommage de revenir sur une mesure du programme présidentiel de 2007, critique Rachida Dati, l’ancienne garde des Sceaux. D’autant que toutes les sorties sèches sans aménagement favorisent la récidive dans 70% des cas...» La Chancellerie ne souhaitait pas, ce lundi, commenter ce rapport, se limitant à dire que le ministre n’avait pas attendu Eric Ciotti pour prendre le problème de l’exécution des peines à bras-le-corps. «Un plan d’action a été mis en place, confie ainsi l’un de ses porte-parole. Les peines non exécutées ont diminué de 20% depuis février.»

Et dans le même laps de temps, les prisons ont, elles, dépassé le record du nombre de détenus avec 64.584 prisonniers au 1er mai dernier. «Les Français attendent plus de fermeté à l’égard des récidivistes, pense Stéphane Jacquot, secrétaire de l’UMP en charge des prisons qui prépare lui aussi un rapport sur le sujet. Mais, avec ce rapport, Eric Ciotti est surtout dans la caricature.» De son côté, l’Elysée a refusé de s’exprimer «pour le moment».