Procès DSK: La parole est à la défense

JUSTICE Sous le coup de sept chefs d'accusation, Strauss-Kahn devrait plaider non coupable ce lundi...

Matthieu Goar

— 

Dominique Strauss-Kahn, l'ancien patron du FMI, quitte son adresse temporaire du 71  Broadway, le 25 mai.
Dominique Strauss-Kahn, l'ancien patron du FMI, quitte son adresse temporaire du 71 Broadway, le 25 mai. — A. JOYCE / REUTERS

C'est la troisième fois qu'il comparaît, mais c'est la première fois que l'on devrait entendre sa voix. De retour devant la cour criminelle de Manhattan, à 9 h 30 (15 h 30, heure française), Dominique Strauss-Kahn va dévoiler sa stratégie lors d'une audience préliminaire qui devrait être rapide.

A l'énoncé des sept chefs d'accusation, l'ancien directeur du FMI devra annoncer au juge s'il plaide coupable ou non coupable. Sauf immense surprise, DSK contestera les accusations et plaidera donc non coupable. «Je ne veux pas rentrer pour l'instant dans le détail de cette affaire, mais je suis confiant. Je ne pense pas du tout que M. Strauss-Kahn soit coupable des faits qu'on lui reproche, et je peux vous prédire qu'il sera relaxé», a expliqué Ben Brafman, l'avocat du Français, à M6.

L'accusation doit se dévoiler

Dans ce cas, les deux parties se dirigeront vers un procès qui aura lieu dans plusieurs mois. «C'est un gros poisson, ce qui pourrait minimiser le temps d'attente avant le procès. Je dirais de 4 à 6 mois», explique un très bon connaisseur de la juridiction du comté de New York.

L'audience de ce lundi est importante, car elle constitue la première manche du procès à venir. D'abord, parce que DSK doit se prononcer sur les faits qui lui sont reprochés, mais aussi parce que ses avocats peuvent demander à l'accusation de dévoiler ses cartes.

L'équipe du procureur Cyrus Vance Jr. doit alors présenter à la défense une partie des charges qu'elle a accumulées contre DSK. Notamment les preuves matérielles (comme les preuves scientifiques s'il y en a…), mais aussi les éléments de la déposition de la femme de chambre, qui ne sera pas présente à l'audience. C'est en ayant connaissance de ce dossier que le clan Strauss-Kahn pourra commencer à préparer le procès en contre-enquêtant sur la victime.