Une fillette tombe d'une attraction dans l'Isère

à Lyon, ÉLISA FRISULLOET àgrenoble, BENOîT PAVAN

— 

Le parc Walibi des Avenières (Isère).
Le parc Walibi des Avenières (Isère). — P. PIERRAIN / PHOTOGONE

Le parc Walibi des Avenières (Isère) a ouvert ses portes comme d'habitude hier matin. Mais une attraction baptisée « Scratch », une sorte de montagnes russes équipées de petits wagonnets, est restée fermée au public après la chute, samedi, d'une fillette de 6 ans, actuellement hospitalisée dans un état grave au centre hospitalier de Grenoble.

Des responsabilités à établir
Il était un peu plus de 15 h, samedi, lorsque l'enfant, montée sur le manège avec sa tante, est tombée de 5 m de haut pour des raisons encore inconnues.
Toute la journée d'hier, des techniciens en identification criminelle ont investi le parc pour effectuer « une analyse mécanique de l'appareil » et d'autres expertises doivent être menées aujourd'hui, selon le parquet de Bourgoin-Jallieu. « Il est impossible pour l'heure de savoir qui est responsable, a précisé une magistrate du parquet. Il faut désormais déterminer si les préconisations nécessaires à l'utilisation de ce manège ont été respectées. Si elles ne l'ont pas été, il s'agira alors de savoir pourquoi et par qui ».
Les responsables du parc d'attractions ont assuré hier que tous les manèges faisaient l'objet de « vérifications quotidiennes » avant et pendant la saison. « Le 24 mars dernier, l'audit sur la sécurité de nos installations, mené chaque année par un organisme indépendant, a conclu à la validité des attractions, dont le Scratch », a indiqué hier Thomas Mondon, porte-parole du parc Walibi, fréquenté chaque année par plus de 350 000 visiteurs.
Les enquêteurs devront également vérifier si la fillette avait la taille requise (1,20m) pour accéder à cette attraction, interdite au public jusqu'à la fin de l'enquête. « La priorité a surtout été de la soigner, pas de la mesurer, a ajouté la magistrate, précisant que les jours de l'enfant, « atteinte de multiples fractures et d'un important traumatisme crânien » ne sont plus menacés.