Procès Colonna: La mystérieuse lettre du berger traduite

JUSTICE Le courrier attribué à Yvan Colonna a provoqué un coup de théâtre lors de son troisième procès...

A.-L.B.

— 

Yvan Colonna devant la cour d'assises de Paris le 4 mai 2011.
Yvan Colonna devant la cour d'assises de Paris le 4 mai 2011. — AFP PHOTO/BENOIT PEYRUCQ

La lettre d'Yvan Colonna, reconnu coupable du meurtre du préfet Claude Erignac, a été expertisée. Le président de la cour d'assises spéciale de Paris, Hervé Stéphan, avait requis lundi une traduction officielle de cette lettre écrite en corse et datée du 19 décembre 2010. Cette missive a provoqué un coup de théâtre lors du troisième procès du berger corse.

Le site de L’Express révèle la traduction de cette lettre, où Yvan Colonna crie son innocence et sa haine des anciens membres du commando qui l’ont mis en cause avant de le dédouaner, sans convaincre les juges.

Dans cette lettre, le berger, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de vingt-deux-ans, attend en vain un «signe» de la part de ses anciens amis.

Yvan Colonna menace son ami, celui qu'il considérait comme son «frère» Pierre Alessandri. Il insulte également l'idéologue du groupe, Alain Ferrandi, qualifié de «merde»... 

Cette lettre, écrite il y a cinq mois, n'aurait jamais dû parvenir jusqu'à la cour d'assises, continue le site. Le messager était censé la détruire.