Crash du Rio-Paris: «Je ne comprends rien», s'est exclamé l'un des pilotes avant l'accident

CATASTROPHE Un rapport des enquêteurs sur les circonstances de l'accident sera dévoilé ce vendredi...

© 2011 AFP

— 

 
Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009
  Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009 — H.NEW / REUTERS

«Je ne comprends rien». C'est ce qu'aurait affirmé l'un des pilotes du vol Rio-Paris lors de la perte de contrôle de l'appareil qui s'abîmera en mer quelques minutes plus tard, rapporte France Soir citant France Info. Cette déclaration se trouve dans la note que les enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) publieront ce vendredi en début d'après-midi afin d'expliquer les circonstances dans lesquelles s'est produit l'accident du vol qui a coûté la vie à 228 personnes en juin 2009.

«Le BEA publiera une note d'information sur les premières constatations résultant de l'exploitation des enregistreurs de vol», a annoncé le BEA dans un courriel transmis à des journalistes. Cette note sera mise en ligne sur le site du BEA en début d'après-midi et il n'y aura pas de point presse, a-t-il précisé.

Un calendrier avancé

Les enquêteurs ont choisi d'avancer en partie leur calendrier en raison «des informations parcellaires et plus ou moins contradictoires rapportées dans la presse», avaient-il expliqué la semaine dernière. Toutefois, ils donneront vendredi uniquement «des éléments factuels sur le déroulement du vol qui détermineront les circonstances de l'accident mais en aucune façon les causes». L'analyse des boîtes noires, repêchées début mai, devrait permettre de faire la lumière sur l'accident qui reste, à ce jour, inexpliqué.

Le BEA avait annoncé un rapport d'étape cet été. Le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani avait pour sa part annoncé jeudi que les causes et les responsabilités de l'accident seraient connues fin juin. Le BEA est chargé de l'enquête technique de cette catastrophe. La justice doit, elle, déterminer les responsabilités. Airbus et Air France sont mis en examen pour homicides involontaires dans ce dossier.