Viol d'une fillette dans l'Essonne: Un suspect s'est rendu

PEDOPHILIE Un avis de recherche avait été lancé ce mardi par la police, un suspect s'est constitué prisonnier à Compiègne, dans l'Oise...

J. M.
— 

Un homme se présentant comme l'auteur du viol d'une fillette de 10 ans, samedi dernier, à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, s'est rendu ce mardi après-midi, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Un avis de recherche avait été lancé plus tôt ce mardi, avec mise à disposition d'un numéro vert par la police judiciaire de Versailles.

Ses déclarations vérifiées

Le violeur présumé s’est constitué prisonnier à la brigade de gendarmerie de Compiègne, dans l'Oise. Les enquêteurs sont encore en  train de vérifier ses déclarations, selon RTL. La radio ajoute que, samedi, peu après les faits, l'homme avait été localisé à Antony, dans les Hauts-de-Seine, mais qu'il n'avait pu être interpellé.

Âgé de 33 ans, déjà connu pour des affaires de séquestrations, vols et braquages et condamné pour agression sexuelle en 2010 le suspect était en effet recherché. La fillette aurait formellement identifié le suspect, sorti de prion en mars dernier, comme étant son agresseur, sur des photos montrées par les enquêteurs, a indiqué la PJ de Versailles à 20Minutes.

«Raccroche, sinon je vais te tuer!»

La fillette était partie de chez elle samedi vers 18h, acheter un kebab. Ne la voyant pas revenir, sa grande soeur d'était alors inquiétée et avait appelé la fillette sur son portable. «Raccroche, sinon je vais te tuer!», aurait-elle entendu avant de prévenir la police. Ce n'est que le soir, vers 21h, que l'agresseur a déposé sa victime à quelques mètres de chez elle, déjouant le dispositif policier mis en place et parvenant à s'enfuir.

La fillette a été violée, selon les constatations des médecins, qui noteront par ailleurs des traces de violence. Elle a été opérée en urgence. Les enquêteurs indiquent avoir déjà entendu des proches du suspect et d'autres témoins dont une personne qui leur a indiqué avoir vu l'homme roder, samedi matin, à la fête de l'école de sa petite victime.