Avertisseurs de radars: Guéant fait marche arrière

SECURITE ROUTIERE François Fillon a beau rester inflexible, son ministre de l'Intérieur a annoncé aux députés UMP sa décision de suspendre le démontage des panneaux avertisseurs de radars...

A.-L.B. et Reuters

— 

B. LANGLOIS/ AFP

François Fillon a déclaré ce mardi midi aux députés de la majorité qu'ils seraient «entendus» sur leurs propositions sur la sécurité routière mais qu'il «ne reviendrait pas sur la fin de la signalisation systématique des radars», selon des participants à la réunion du groupe UMP à l'Assemblée.

Quelques minutes après, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a néanmoins annoncé que le démontage en cours des panneaux signalant les radars fixes était suspendu jusqu'à ce que se tienne «une concertation locale». Il a ajouté qu'un «radar pédagogique», non pénalisant, remplacerait à terme chaque panneau, selon des participants à la réunion du groupe UMP à l'Assemblée.

Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, a estimé que la cause était désormais entendue. «C'est-à-dire qu'avant chaque radar fixe, il y aura un radar pédagogique», a précisé Christian Jacob. «Il y aura aussi parfois des radars pédagogiques sans radar fixe mais il y aura un radar pédagogique avant chaque radar fixe».

Mais l'entourage de Claude Guéant a précisé ultérieurement que les radars pédagogiques ne remplaceraient pas systématiquement les panneaux de signalisation des radars fixes. «Ils seront parfois un peu avant, parfois un peu après», en fonction du terrain, a-t-on ajouté de même source.

«Aucune divergence» au sommet

Les déclarations des deux responsables sur les nouvelles mesures concernant la sécurité routière semblent contradicatoires. Néanmoins, l'entourage de Claude Guéant a souligné qu'il n'y a «aucune divergence» entre le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur.

Les réactions de parlementaires qui avaient lancé la fronde contre la suppression des panneaux signalant les radars fixes en France ont crié victoire à l'annonce de Claude Guéant. Yannick Favennec, député UMP de la Mayenne, s'exclame sur le réseau Twitter: «Et bien voilà Guéant nous a entendu!!:-) l enlèvement des panneaux d'information des radars est suspendu!», ajoutant: «Franchement on aurait pu éviter ce psychodrame avec un peu plus de méthodologie c'est à dire de la concertation avec les parlementaires!!!!!».

Dimanche, le ministre avait annoncé sur Europe 1 l'installation de ces «radars pédagogiques» sur les routes, indiquant aux conducteurs la vitesse à laquelle ils circulent. Une première tranche d'un millier de panneaux de ce type devrait être installée à partir de la semaine prochaine, avait ajouté Claude Guéant.

Grogne d'une partie des députés UMP

En réponse à l'augmentation du nombre de morts sur les routes, le gouvernement a décidé de nouvelles mesures sur la sécurité routière le 11 mai. Elles concernent notamment l'interdiction des panneaux routiers signalant la présence de radars, ce qui a provoqué la colère des députés UMP. Ils ont fait part de leur mécontentement, lundi, dans une lettre adressée au Premier ministre François Fillon.

La semaine dernière, le Président Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il n'était pas question de revenir sur cette mesure.

Le nombre de morts sur les routes françaises a augmenté de 19,9% en avril (355 décès) par rapport au même mois en 2010. Le nombre de tués sur les routes est en hausse de 13% sur les quatre premiers mois de l'année. Les accidents de la route font environ 4.000 morts chaque année en France.