Affaire DSK: Manifestation à Paris contre le sexisme

PROTESTATION Des associations mettent en cause les propos générés par l'inculpation de DSK...

© 2011 AFP
— 

Quelque cinq cents personnes ont manifesté dimanche après-midi devant le centre Pompidou à Paris pour protester contre le sexisme généré par l'affaire DSK, selon une estimation d'une journaliste de l'AFP.

L'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn a été inculpé à New York d'acte sexuel criminel contre une femme de chambre de l'hôtel où il était descendu et a été placé en résidence surveillée.

Les manifestantes répondaient à l'appel de plusieurs organisations féministes dont La Barbe, Paroles de Femmes, et Osez le Féminisme. Une pétition lancée par les organisateurs a déjà recueilli plus de 13.000 signatures. «Le problème n'est pas ce qui s'est passé à New York», a déclaré la présidente de Osez le Féminisme, Caroline de Haas, mais «le déferlement de sexisme» qui a suivi, et «cela n'est pas acceptable».

«Quand une femme dit non, c'est non».

«Ils se lâchent les femmes trinquent», «Les soubrettes sont en colère», «Nous sommes toutes des femmes de chambre», lisait-on sur les pancartes brandies par les manifestantes qui scandaient «Quand une femme dit non, c'est non». Leur mouvement est désormais soutenu par plusieurs politiques dont le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, et le député socialiste Arnaud Montebourg.

Les féministes ont de nouveau dénoncé «les propos sexistes» tenus notamment par le journaliste-écrivain Jean-François Kahn qui a réduit l'affaire DSK à un «troussage de domestique». Jean-François Kahn a publié depuis une mise au point revenant sur ses propos qu'il a considérés lui-même «injustifiables».

Les organisations féministes ont également fustigé les «blagues sexistes» dont les réseaux sociaux regorgent comme autant de tentatives de «minimiser le viol», alors que 75.000 femmes sont chaque années victimes de viol en France, selon des estimations d'associations.