La femme de chambre a-t-elle pu participer à un complot contre Dominique Strauss-Kahn?

PROCÉDURE es avocats du patron du FMI envisageraient de plaider l'acte sexuel consenti, l'avocat de la plaignante ne laissera pas faire...

Julien Ménielle
— 
Un policier de l'unité scientifique de New York à l'entrée de l'hôtel Sofitel à New York, où a séjourné Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai 2011.
Un policier de l'unité scientifique de New York à l'entrée de l'hôtel Sofitel à New York, où a séjourné Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai 2011. — John Minchillo/AP/SIPA

Dans l’affaire DSK, chaque camp fourbit ses armes, et les défenses se dessinent. Alors que les avocats du directeur du FMI pourraient bien surfer sur la vague de l’opinion publique française, qui croit au complot, la famille de la plaignante fait entendre sa voix pour démonter une telle hypothèse.

Un acte sexuel consenti?

Les conseils de Dominique Strauss-Kahn envisageraient de plaider l’acte sexuel consenti, selon le New York Post. Si tel était le cas, et que la femme de chambre avait été «séduite» par DSK, se laissant faire avant de porter plainte, la thèse de la machination s’imposerait d’elle-même. Or, de l’avis de ses proches, Nafissatou Diallo (puisqu’il semble bien que tel est son nom) est bien incapable de ce genre de manipulations.

La jeune femme de 32 ans a quitté sa Guinée natale pour suivre son mari commerçant aux Etats-Unis en 1998, a indiqué un de ses proches à Slate Afrique. Ajourd’hui séparée, la femme de chambre vit seule avec sa fille de 15 ans, dans un appartement du Bronx, décrit comme délabré. Une proie idéale pour les comploteurs? «Non, non, non! Les gens doivent comprendre qu'ici, on vit dans le communautarisme et que Nafissatou vit dans sa communauté, les Peuls de Guinée», répond Mamadou Cherif Diallo, un autre proche vivant à New York.

«Pas le genre de personne qui crée des problèmes ou raconte des bobards»

«C'est une bonne musulmane, poursuit-il. Elle est vraiment très jolie, comme beaucoup de femmes peules, mais dans notre culture, on n'accepte pas ce type d'agressivité.» Dans le Bronx, où la jeune femme est très appréciée, personne n’y croit. «C’est pas le genre de personne qui crée des problèmes ou raconte des bobards», affirmait récemment son voisin Josh, interrogé par TF1. L’avocat de Nafissatou Diallo ne compte d’ailleurs pas se laisser faire.

«Quand les jurés vont entendre son témoignage et la voir, quand elle pourra enfin raconter son histoire publiquement», ils réaliseront que «les allégations faisant état d'une relation sexuelle consentie ou de rendez-vous sont fausses», a assuré Jeff Shapiro sur NBC. Sa cliente, il l’assure, «est prête à faire tout ce qu'on lui demandera de faire et à coopérer avec la police ou le ministère public. (…) Elle n'a rien derrière la tête. Elle fait ça parce qu'elle pense qu'il faut le faire et elle va le faire».