Le nombre de détenus explose

Vincent Vantighem
— 

C'est un record dont l'administration pénitentiaire se serait bien passée. Officiellement, la France n'a jamais compté autant de dtéenus qu'aujourd'hui. Au 1er mai, 64 584 personnes étaient incarcérées dans les prisons françaises, a annoncé, hier, l'administration pénitentiaire. Le précédent record – 64 250 détenus – datait de juillet 2008. Entre-temps, la France a découvert le visage de Laetitia Perrais, une jeune fille de 18 ans, sauvagement assassinée à Pornic. Elle a aussi découvert que Tony Meilhon, le principal suspect, était justement recherché par la police au moment des faits.
« Des consignes ont été passées pour que les peines soient vraiment exécutées. Que les individus comme Tony Meilhon ne soient plus en liberté, assure une source à l'administration pénitentiaire. C'est clairement ce qui explique la hausse du nombre de détenus. »

Des juges plus « frileux »
Et aucune Direction interrégionale des services pénitentiaires n'y échappe. Celle de Lille compte 6,6 % de détenus supplémentaires depuis janvier (voir infographie). Celle de Bordeaux, 9,5 %, par exemple. Quant à Paris, le taux d'occupation des prisons est de 139 %. « Les juges d'application des peines sont aussi plus frileux à prendre des décisions de libération conditionnelle, explique, de son côté, Christophe Marques, secrétaire général FO-Pénitentiaire. Dans les tribunaux, il y a évidemment une vague propice à condamner depuis l'affaire de Pornic. » Plus inquiétant, tous les indicateurs sont à la hausse. Notamment celui du nombre de prévenus en attente de jugement. Au 1er mai, 16 882 personnes étaient ainsi emprisonnées sans avoir été jugées. Soit une hausse de 7,5 % en quatre mois à peine. La semaine dernière, Michel Mercier, le ministre de la Justice, a justement dévoilé le nouveau programme immobilier pénitentiaire pour absorber ce nouveau flux. D'un coût total de 5,8 milliards d'euros, le projet prévoit la création de 25 prisons d'ici à 2018.

Les aménagements de peine en forte hausse

C'est sans doute la seule bonne nouvelle. Le nombre de personnes bénéficiant d'un aménagement de peine est en hausse de près de 15 %en un an. Ainsi, 1 031 individus bénéficiaient, au 1er mai, d'une mesurede placement à l'extérieur, 1 746 d'une mesure de semi-libertéet 6 997 d'un placement sous bracelet électronique. Ce dernier aménagement est d'ailleurs en augmentation de 24 % depuis un an.