Marseille: Les victimes du règlement de comptes étaient originaires de la banlieue lyonnaise

© 2011 AFP

— 

Les deux jeunes d'une vingtaine d'années tués mercredi dans Marseille d'une rafale de Kalachnikov, dans un nouveau règlement de comptes, sont originaires de la banlieue lyonnaise, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête.

Ils sont «connus des services de police et vraisemblablement liés au trafic de stupéfiants», selon la même source.

Guerre des bandes

Mercredi, des individus à bord d'une Audi ont ouvert le feu sur les deux occupants d'une Golf noire, la criblant de balles, avant de prendre la fuite. Les faits se sont déroulés en plein après-midi, peu après 15h, dans le quartier populaire de Saint-Mauront (IIIe arrondissement).

«Ils ont essuyé des coups de feu nombreux, probablement avec des armes de guerre», notamment une Kalachnikov, selon le procureur adjoint de Marseille, Christophe Barret. L'autopsie devait être réalisée ce jeudi après-midi.

L'enquête a été confiée par le parquet à la brigade criminelle de la police judiciaire. Ce double meurtre est considéré comme un nouvel épisode de la guerre des bandes pour le contrôle du trafic de stupéfiants dans les cités, alors que les règlements de comptes se sont multipliés à Marseille.