Les époux Lavier, acquittés à Outreau, soupçonnés de «corruption de mineur» après la découverte d'une vidéo

ENQUÊTE inq autres personnes, principalement des membres de la famille de Franck Lavier, ont également été placés en garde à vue...

B. D. et J. M., avec Olivier Aballain à Lille

— 

Franck et Sandrine Lavier, le 3 novembre 2005 à Paris.
Franck et Sandrine Lavier, le 3 novembre 2005 à Paris. — D. CHARLET/ AFP

Franck et Sandrine Lavier, acquittés dans l'affaire d'Outreau, ont été de nouveau placés en garde à vue ce lundi à Boulogne-sur-Mer. Cinq autres personnes ont également été placés sous le régime de la garde à vue dans le même dossier avant d'être libérés en fin de journée. Il s'agit de deux frères de Franck Lavier, la compagne de l'un d'entre eux, ainsi que la fille aînée de Sandrine Lavier et son compagnon. Tous seront convoqué en juillet devant un officier de police judiciaire.

Les mis en cause auraient simulé des actes sexuels, partiellement dénudés, devant des enfants de 5 et 7 ans au cours d'un anniversaire de mariage «un peu arrosé» en mars 2009, le tout immortalisé sur vidéo. L'un des enfants était celui du couple Lavier, l'autre celui du frère de Franck Lavier. Tous se sont défendus en indiquant qu'ils ignoraient que ce genre de pratique pouvait être assimilé à une corruption de mineur.

«Quiconque entre dans cette pièce sera obligé de me sucer»

Le couple Lavier est par ailleurs mis en cause dans un second cas de corruption de mineurs. Dans le couloir, devant la chambre de leurs enfants, les enquêteurs ont en effet trouvé un panneau indiquant «quiconque entre dans cette pièce sera obligé de me sucer. Signé: l'occupant des lieux». Selon une source proche de l'enquête interrogée par 20 Minutes, ces mises en garde à vue son consécutives à la découverte au domicile des époux Lavier, sur un disque dur, de la vidéo effacée mais qui a pu être restaurée par les inspecteurs.

Le disque dur avait été saisi lors de la perquisition au domicile du couple, après son placement en garde à vue, en mars dernier pour maltraitances présumées sans caractère sexuel sur deux de leurs enfants. Concernant ce dossier, disctinct du permier, le procureur a precisé ce lundi que les constatations des experts avaient confirmé les dires des enfants, mettant en évidence des traces de «punitions exagérées» (ongles écrasés, meurtrissures aux genoux).

Sept ans de prison

Les enfants qui ont porté les accusations, un garçon et une fille de 10 et 11 ans, ont été placés il y a deux mois après avoir fugué et s'être confiés à une assistante maternelle qui s'était occupée de certains mineurs impliqués dans l'affaire d'Outreau. Le couple Lavier, sans emploi, vit à Boulogne-sur-Mer avec quatre de ses cinq enfants. Franck Lavier n'est pas le père biologique des deux aînées.

Le procureur de Boulogne-sur-Mer a confirmé l'information à 20 Minutes, et indiqué que les époux Lavier avaient tous deux été convoqués au commissariat et avaient «suivi sans problème» les policiers. Si les faits qui leur sont reprochés étaient confirmés, ils risqueraient jusqu'à 7 ans de prison et 100.000 euros d'amende.