Des migrants tunisiens dans le parc de la Villette, à Paris, le 27 avril 2011.
Des migrants tunisiens dans le parc de la Villette, à Paris, le 27 avril 2011. — T.SAMSON / AFP

IMMIGRATION

Le quota d'immigration légale de Tunisiens n'a pas été rempli en 2010

Le ministère de l'Intérieur évoque des raisons «liées aux exigences demandées sur les métiers»...

Le quota de 9.000 titres de séjour alloué aux Tunisiens par la France en vertu d'un accord entré en vigueur en 2009, n'a pas été rempli en 2010, a indiqué samedi le ministère de l'Intérieur.

Le ministère était interrogé par l'AFP à la suite d'un article du Monde sur ce point et sur «une réactivation» de cet accord bilatéral entre la France et la Tunisie conclu en 2008. «La France négocie, en toute discrétion, une simplification des procédures permettant la venue de travailleurs tunisiens», écrit le quotidien dans son édition datée de lundi.

La qualification en question

«Il n'y a pas de réactivation. C'est un accord entré en vigueur en 2009 qui s'applique», commentait-on au ministère en confirmant que l'objectif d'une délivrance de 9.000 titres de séjour prévu par cet accord n'avait «pas été rempli en 2010 pour des raisons liées aux exigences demandées sur les métiers, notamment en termes de qualification».

La place Beauvau a précisé que cela n'avait pas de lien avec l'objectif affiché par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant de réduire l'immigration légale en France, en faisant passer «dans un premier temps» de 200.000 à 180.000 le nombre d'étrangers admis chaque année dans l'Hexagone.

Le ministère de l'Intérieur a enfin souligné que l'accord franco-tunisien prévoyait, outre le volet sur l'immigration légale, un volet sur la réadmission des clandestins en Tunisie: «l'un ne va pas sans l'autre».

Des dizaines de clandestins tunisiens ont récemment été interpellés en France, notamment en région parisienne et à Marseille, en vue de leur reconduite à la frontière, lors d'interventions policières critiquées par de nombreuses associations de soutien aux étrangers.

>> En raison de débordements systématiques sur ce type de sujets, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.