Lumbagos, lésions aux mains et scies circulaires, quels sont les accidents du travail les plus communs?

SOCIAL Il y en a plusieurs centaines de milliers chaque année...

Corentin Chauvel

— 

Déclaration d'accident du travail pour la Sécurite Sociale.
Déclaration d'accident du travail pour la Sécurite Sociale. — F.DURAND / SIPA

Les accidents du travail concernent chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes en France (650.000 en 2009), avec parfois, la mort au bout (538 en 2009). C’est ainsi que l’Organisation internationale du travail (OIT) a placé cette année la journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail, qui a lieu ce jeudi, sous le signe de la mise en œuvre du système de gestion de la sécurité et de la santé au travail (SGSST) pour une amélioration continue de la prévention des maladies et lésions liées au travail.

Si l’on en croit les statistiques de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés, le BTP est sans surprise le secteur le plus touché avec les activités de service et le secteur de l’alimentation. En conséquence, les hommes, sont deux fois plus touchés que les femmes. Par ailleurs, la tranche 40-49 ans comporte le plus grand nombre de victimes.

D’après les statistiques, le palmarès des accidents du travail est le suivant.

Le lumbago en tête
En 2009, la majorité des accidents du travail ayant entraîné un arrêt ont été dus à des douleurs dorsales (175.000), telles que des lumbagos. Juste derrière, on retrouve des contusions (133.000), des plaies (99.000), des entorses et des fractures. 

Attention aux mains
En 2009, ce sont les mains qui ont été les victimes majeures des accidents du travail avec 143.000 cas. Elles devancent de peu le tronc (142.000) et les membres inférieurs (124.000), en dehors des pieds. La tête et les yeux viennent en queue de classement.

C'est la faute aux objets
Ce sont les «objets en cours de manipulation» qui ont causé le plus d’accidents du travail (174.000) en 2009. Ensuite, on retrouve les «accidents de plain-pied» (162.000) qui sont souvent anodins (trébuchement, faux pas, perte d’équilibre…), mais font beaucoup de dégâts.

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) cite un exemple: «La victime, un emballeur, se déplaçait devant une scie radiale. Elle a trébuché sur des morceaux de bois et s'est rattrapée sur la scie. Celle-ci était à l'arrêt mais la lame tournait encore par inertie. La lame lui a sectionné l'auriculaire droit.»

Sur le podium également, mais loin derrière, les «chutes avec dénivellation» (77.000). Viennent ensuite les incidents divers (34.000), tels que les incendies ou les rixes, les «objets en mouvement accidentel» (33.000) et les «outils individuels à main» (32.000). Pour autant, ce sont les véhicules qui ont causé le plus d’accidents de travail ayant entraîné la mort (109 en 2009) devant les chutes avec dénivellation et les incidents divers (incendies, rixes).