Action directe: semi-liberté accordée à Jean-Marc Rouillan

© 2011 AFP

— 

La cour d'appel de Paris a accordé ce jeudi un régime de semi-liberté à l'ancien leader du groupuscule armé Action directe, Jean-Marc Rouillan, à compter du 19 mai, a-t-on appris auprès de son avocat, Jean-Louis Chalanset. Jean-Marc Rouillan, 58 ans, condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, en 1986 et d'un ingénieur général de l'armement, René Audran, en 1985, avait déjà bénéficié d'une telle mesure mais elle avait été révoquée fin 2008 pour une interview accordée à L'Express.

Interdiction d'«évoquer les faits»

En février, le tribunal d'application des peines (TAP) lui avait accordé ce régime de semi-liberté mais le parquet avait fait appel. «La cour confirme la décision du TAP et le régime de semi-liberté s'appliquera à partir du 19 mai. M. Rouillan sera placé sous bracelet électronique avec notamment obligation de travailler, d'indemniser ses victimes et de ne pas évoquer les faits», a précisé son avocat.

Jean-Marc Rouillan devrait retourner à Marseille pour travailler chez l'éditeur qui l'employait déjà en 2007. L'ancien leader d'Action directe avait déjà bénéficié d'une semi-liberté en novembre 2007, mais avait été réincarcéré en octobre 2008 pour avoir déclaré dans la presse qu'il ne «crachait» pas sur tout ce qu'il avait fait.