Tuerie de Nantes: Le père s'entraînait régulièrement au tir avant le drame

FAIT DIVERS Il était venu la dernière fois au début du mois d'avril...

E.M.

— 

Des enquêteurs devant la maison de la famille Dupont de Ligonnes, disparue à Nantes, le 21 avril 2011.
Des enquêteurs devant la maison de la famille Dupont de Ligonnes, disparue à Nantes, le 21 avril 2011. — J.S. EVRARD / AFP

Les révélations se succèdent dans l’affaire du quintuple meurtre d’une famille à Nantes. Le père, Xavier Dupont de Ligonnès, s’était régulièrement entraîné au tir la semaine précédent le drame.

Stand de tirs

«Il est venu quatre fois la dernière semaine de mars et sa dernière visite remonte au 1er avril», a expliqué samedi à l'AFP le président de la société nantaise de tir, Alain Neutre.

Xavier Dupont de Ligonnès avait commencé son initiation au tir en décembre 2010, avant d'obtenir sa licence du club le 2 février 2011. Il emmenait ses fils depuis le mois de mars, avant de prévenir qu'ils ne «pourraient pas venir au rendez-vous qui avait été pris pour le 9 avril, sans donner de raison», a expliqué sur place le moniteur du stand de tir, Benoît Hérault.

Le père de famille, toujours activement recherché par la police, s'entraînait avec un pistolet 22 long rifle, le même type d’arme qui a été utilisé selon la police pour tuer la famille Dupont de Ligonnès

Carabine

Il avait cependant amené, dans le courant du mois de février, une carabine du même calibre. «Il m'avait parlé d'un silencieux et je l'en avais dissuadé dans la mesure où c'est inutile sur un stand de tir», a expliqué Benoît Hérault.

«Je l'ai vu une fois tirer avec sa carabine et un silencieux dessus sur le pas de tir», a pour sa part affirmé Alain Neutre. «Mais pour faire ce qui a été fait [le meurtre de cinq membres de la famille dans leur sommeil], il n'y avait pas besoin d'entraînement», a affirmé Benoît Hérault.