Deux ans requis contre le pion qui se faisait faire des fellations par des élèves

JUSTICE Le procureur a réclamé un an d'emprisonnement ferme et un avec sursis contre le surveillant...

J. M. avec AFP
— 

C’est une partie d’«Action ou vérité» qui tourne mal. Une peine de deux ans d'emprisonnement, dont un avec sursis, a été requise ce vendredi contre un assistant d'éducation qui s’était fait faire deux fellations, obtenues de manière consentante au cours d’un jeu, par une élève de 16 ans, fin janvier, lors d'une sortie scolaire.

Le jour des faits, le surveillant âgé de 23 ans accompagnait des élèves de première et de seconde de Meaux en car pour assister à une représentation au théâtre de l'Odéon à Paris. Assis au fond du bus avec un petit groupe de cinq élèves, le pion entame un jeu à gages, arrosé des deux bouteilles de Champagne qu’il a apportées.

Pas son coup d’essai

Au cours du jeu, une jeune fille de première L préfère ne pas répondre à une question «vérité» que lui posent les participants, et opte pour le gage: une fellation au pion. L’adolescente s’exécute devant tous ses camarades, et à deux reprises. L’une de ces dernières, choquée, prévient ses parents par SMS.

A la descente du bus, le surveillant est arrêté. L'adolescente a assuré qu'elle était consentante, mais il s’est avéreré que le jeune homme avait déjà eu ce genre de comportement lors d’une sortie précédente. En plus de la prison, le procureur a requis une interdiction d’exercer une protection au contact des mineurs.