Double homicide de Marcq-en-Baroeul: Le suspect avait prémédité son geste

FAITS-DIVERS L'homme est arrivé sur les lieux avec l'arme du crime et les corps ont été retrouvés «lardés de nombreux coups de couteau»...

J. M. et C. C. avec O. A. à Lille

— 

Un enquêteur pénêtre dans une maison de Marcq-en-Baroeul où un homme a tué son ex-compagne et le nouveau compagnon de celle-ci avant de prendre la fuite avec ses deux enfants, le 19 avril 2011.
Un enquêteur pénêtre dans une maison de Marcq-en-Baroeul où un homme a tué son ex-compagne et le nouveau compagnon de celle-ci avant de prendre la fuite avec ses deux enfants, le 19 avril 2011. — P.HUGUEN / AFP

Le procureur de Lille va ouvrir une information judiciaire pour «assassinat» dans l'affaire du double homicide de Marcq-en-Baroeul (Nord). Le magistrat considère en effet que le meurtre a été commis avec préméditation, puisque les premiers éléments de l'enquête indique que le suspect, dont le casier était vierge, est arrivé sur les lieux du crime avec le couteau qui a servi à tuer son ex-compagne et l'ami de cette dernière.

Le suspect a été interpellé a été interpellé après avoir appelé de nombreuses personnes dans son entourage pour leur annoncer qu'il avait commis l'irréparable. L'homme avait l'intention de mettre fin à ses jours, a indiqué à 20 Minutes une source proche de l'enquête. C’est finalement au domicile d'un ami, près de Thionville (Moselle) que s’est terminée la cavale de l’homme et ses deux filles, saines et sauves. C’est un proche du suspect qui a prévenu la police après avoir reçu un coup de téléphone lui indiquant que l’homme, qui possède un logement dans cette ville, venait lui déposer ses filles. Les autorités ont ensuite réussi à entrer en contact avec le suspect, et l'ont dissuadé de se supprimer.

Mutique depuis sa garde à vue

Ce quinquagénaire avait par ailleurs appelé de nombreux proches pour les avertir, qui lui auraient demandé de se rendre avant de prévenir les autorités. Le fuyard aurait même téléphoné à son père, avec lequel il n’a plus aucun contact depuis 20 ans, selon les informations de 20 Minutes. Depuis son placement en garde à vue, l'homme est totalement mutique.

A Marcq-en-Baroeul, c’est l’une des deux autres filles dont le suspect n’était pas le père, qui a donné l’alerte en hurlant. Un voisin, inquiet, a alors appelé la police, qui n’a pu que constater les faits. L’homme, interpellé mardi vers 23h, était en cours de transfert depuis Metz vers les locaux de la police judiciaire à Lille ce mercredi après-midi.

Un véritable «bain de sang»

«Sonné», le député-maire de Marcq-en-Baroeul, Bernard Gérard, a indiqué à 20 Minutes que le meurtrier présumé et son ex-compagne étaient pacsés et tous deux fonctionnaires des impôts, elle étant inspectrice. Le couple, décrit comme sympathique par le voisinnage, s'était séparé il y a un mois, selon le procureur. Depuis, l'homme souffrait d'une dépression.

Les autopsies ont débuté ce mercredi après-midi. «Les corps étaient lardés de nombreux coups de couteau», a précisé le procureur lillois. Les témoins de la scène ont décrit un véritable «bain de sang». «C'est un drame passionnel terrible» lié au fait que le suspect voulait à tout prix récupérer ses deux filles, a estimé le procureur de Lille