La «lipolyse» contre la cellulite désormais interdite

Anne-Laëtitia Béraud

— 

De la graisse humaine obtenue par liposuccion.
De la graisse humaine obtenue par liposuccion. — BONY/WPA/SIPA

Présentée comme miraculeuse il y a quelques années, la technique de la lipolyse, qui vise à supprimer la cellulite, est désormais interdite depuis jeudi. Un décret publié au Journal Officiel bannit toutes les pratiques, autres que chirurgicales, pour supprimer la graisse humaine.

Selon une enquête de la Haute autorité de Santé, ces techniques de la lipolyse - qui utilisent l’introduction d’agent liquide, chimique, thermique dans le corps ou encore l’utilisation du laser - ont produit des complications graves sur plusieurs dizaines de patients.

Economique par rapport à une liposuccion

Dans le rayon des conséquences désastreuses, se sont notamment développées chez des patients des nécroses, des lésions sous-cutanées ou encore des ulcérations.

La lipolyse vise à dégrader la graisse humaine, sans aspiration de celle-ci hors du corps humain. Cette cellulite dégradée doit, en principe, être détruite par le foie et les reins. Cette pratique a connu un grand succès, car elle était bien plus économique qu’une liposuccion.