Nicolas Sarkozy fait ses classes en Haute-Garonne

à bagnères-de-Luchon,JULIE RIMBERT

— 

Le président Nicolas Sarkozy, hier à Bagnères-de-Luchon.
Le président Nicolas Sarkozy, hier à Bagnères-de-Luchon. — T. Bordas/sipa

« Je suis président de la République aujourd'hui, mais j'ai connu des échecs. Ce n'est pas une honte de reconnaître qu'on a besoin d'aide », a confié Nicolas Sarkozy. Il a visité hier, en compagnie du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, l'établissement de réinsertion scolaire (ERS) de Bagnères-de-Luchon qui accueille depuis novembre neuf élèves en rupture scolaire. L'occasion pour le chef de l'Etat d'échanger avec ces adolescents, originaires de différents départements de Midi-Pyrénées.

Deux profs pour neuf élèves
Florian, 13 ans, ne semblait absolument pas intimidé par cet invité exceptionnel. « Depuis mon arrivée, je suis plus concentré en classe et j'ai augmenté ma moyenne dans toutes les matières, témoigne ce jeune de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) qui souhaite devenir chaudronnier. Quand on ne comprend pas un exercice, les profs sont très à l'écoute. L'internat était dur au début car j'étais loin de ma famille, mais aujourd'hui, j'ai compris qu'il vaut mieux travailler si on veut trouver un bon métier. » Ces élèves sont scolarisés à l'ERS pendant un an pour reprendre ensuite une scolarité normale. Les deux enseignants, volontaires, doivent leur réapprendre les règles de la vie citoyenne et en société. Sofiane, 13 ans, a été orienté vers l'ERS à cause de son mauvais comportement et de son absentéisme. Originaire du Mirail, à Toulouse, il a eu des difficultés à accepter l'autorité dans son nouvel internat. « La première semaine, j'ai voulu sortir du collège, mais les profs m'ont rattrapé, raconte-t-il. J'avais l'impression d'être en prison, mais mes parents m'ont poussé à continuer. C'est bien ici, car on pratique des activités sportives pour se défouler et les cours sont très encadrés. »
Satisfait de ce bon retour d'expérience, le chef de l'Etat a annoncé hier la mise en place, en septembre prochain, de neuf nouveaux ERS, en plus des onze existants.